Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Espace : Art actuel

Numéro 100, été 2012, p. 12-13

Direction : Serge Fisette (directeur)

Rédaction : Serge Fisette (rédacteur en chef)

Éditeur : Le Centre de diffusion 3D

ISSN : 0821-9222 (imprimé)  1923-2551 (numérique)

espace1041666
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

David Altmejd, BGL, Jean-Pierre Gauthier, Raphaëlle de Groot, Claudie Gagnon

Marie-Ève Beaupré

Translated by

Peter Dubé

Résumé | Extrait

TOP 5 Marie-Ève BEAUPRÉ David ALTMEJD BGL Jean-Pierre GAUTHIER Raphaëlle DE GROOT Claudie GAGNON > Raphaëlle DE GROOT, En exercice, 2006. Galerie de l’UQAM. Photo : Richard-Max TREMBLAY, avec l’aimable autorisation de la Galerie de l’UQAM et de l’artiste/Courtesy Galerie de l’UQAM and the artist. J’ai envisagé l’invitation qui m’a été lancée dans la perspective d’une exposition de groupe. Cette feuille est un espace d’accrochage. Le projet d’évocation est intitulé Les vivants. Il rassemble cinq oeuvres marquantes parmi celles, nombreuses, qui l’ont été pour la sculpture ; cinq artistes québécois qui ont réfléchi, entre autres, aux marqueurs de notre présence. L’exercice débute avec l’installation The Index, réalisée par David ALTMEJD pour le pavillon canadien de la Biennale de Venise, en 2007. Une seule chose a changé depuis notre expérience à Venise : quatre portes recouvertes de miroirs, donc difficiles à trouver, idéalement discrètes, sont disséminées sur les murs en périphérie. Derrière chacune des portes, un espace intermédiaire est construit. Dans chaque interstice insonorisé, il y a un banc, des publications, des notes de travail ou plans de reconstitution. Au-delà de la première porte, l’installation À l’abri des arbres est réalisée par le collectif BGL. Ingénieuse et caustique en regard de l’activité humaine. Un moment de magie à la fois acide et ludique. La seconde porte nous introduit dans l’univers de Jean-Pierre GAUTHIER. Notre présence active Échotriste. Une orchestration de l’accident a lieu. Le chant lyrique de la matière. Derrière la troisième porte, Raphaëlle DE GROOT est En exercice. Inventive et déstabilisante, elle nous fait réaliser que la sculpture se révèle plus près que jamais des arts vivants. La quatrième porte donne sur une ruelle où est nichée une vaste maison ancestrale. À l’intérieur, Claudie GAGNON a métamorphosé le lieu. Le plein d’ordinaire, même démoli, demeure, lui aussi, vivant dans notre mémoire...

Auteur : Marie-Ève Beaupré
Titre : David Altmejd, BGL, Jean-Pierre Gauthier, Raphaëlle de Groot, Claudie Gagnon
Revue : Espace : Art actuel, Numéro 100, été 2012, p. 12-13
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66922ac

Tous droits réservés © Le Centre de diffusion 3D, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014