Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Espace : Art actuel

Numéro 100, été 2012, p. 48-49

Direction : Serge Fisette (directeur)

Rédaction : Serge Fisette (rédacteur en chef)

Éditeur : Le Centre de diffusion 3D

ISSN : 0821-9222 (imprimé)  1923-2551 (numérique)

espace1041666
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Raymond Gervais, Michael A. Robinson, Jean-Pierre Aubé, Michel de Broin, UDO

André-Louis Paré

Translated by

Peter Dubé

Résumé | Extrait

TOP 5 André-Louis PARÉ Raymond GERVAIS Michael A. ROBINSON Jean-Pierre AUBÉ Michel DE BROIN UDO > Raymond GERVAIS, Disques et tourne-disques,1990-1991. Musée d’art contemporain de Montréal. Photo : Richard-Max TREMBLAY. Avec l’aimable autorisation / Courtesy MACM. Cinq fois un coup de coeur, une incitation à s’interroger sur les manières de faire des artistes d’aujourd’hui. Mais comment procéder ? Comment m’en tenir à ce chiffre qui tient au nombre de doigts d’une main ? Va donc pour cet exercice ! Mais, pour ce faire, je ne retiendrai que les années 1990. Au début de cette décennie, celle de mon apprentissage, je fréquentais surtout les musées. Je me rendais régulièrement au Musée d’art contemporain, alors situé à la Cité du Havre. Je garde encore le souvenir de l’installation Disques et tourne-disques, de Raymond GERVAIS, présentée de novembre 1990 à février 1991. L’association entre le visuel et le sonore mettait en scène un dispositif qui donne à voir le son, à écouter l’exposition. Mais c’est surtout à la fin de cette décennie que j’ai eu la chance d’assister à l’éclosion de productions artistiques de jeunes artistes qui ont affiné mon regard sur ce que les arts visuels peuvent apporter comme promesse. Pour débuter l’année 1998, la Galerie Optica présenta Trompe le monde, de Michael A. ROBINSON, dans laquelle un clin d’oeil humoristique était fait au désir de reconnaissance sociale de l’artiste avec l’oeuvre End of Career Privilege. À l’automne de la même année, Jean-Pierre AUBÉ nous offrait, à Quartier éphémère, une installation intitulée Sédimentation qui avait pour prétexte la petite rivière Saint-Pierre, aujourd’hui disparue. Au seuil du nouveau millénaire, à l’automne 1999, le Centre des arts actuels Skol proposait Matière dangereuse, une installation de Michel DE BROIN qui, de façon étonnante, remettait en circulation le célèbre carré noir de Malevitch. Enfin, le XXe siècle devait se terminer à la Galerie Clark avec les soirées pleines d’entrain du...

Auteur : André-Louis Paré
Titre : Raymond Gervais, Michael A. Robinson, Jean-Pierre Aubé, Michel de Broin, UDO
Revue : Espace : Art actuel, Numéro 100, été 2012, p. 48-49
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66940ac

Tous droits réservés © Le Centre de diffusion 3D, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014