Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

esse arts + opinions

Numéro 76, automne 2012, p. 2-3

L’idée de la peinture / The Idea of Painting

Direction : Sylvette Babin (directrice)

Rédaction : Sylvette Babin (rédactrice en chef)

Éditeur : Les éditions esse

ISSN : 0831-859X (imprimé)  1929-3577 (numérique)

esse045
 Suivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

 

L’idée de la peintureThe Idea of Painting

Sylvette Babin

Translated from the French by

Louise Ashcroft

Résumé | Extrait

ÉDITO SYLVETTE BABIN L’assertion voulant que la peinture soit morte, formulée de façon périodique depuis plusieurs décennies, pourra en faire sourire plus d’un tellement celle-ci est omniprésente dans les galeries et musées, dans les foires d’art et autres événements liés au marché. Sans conteste, l’intérêt pour la peinture n’a pas failli malgré l’avènement et le continuel perfectionnement des technologies de l’image. Ce n’est donc pas du déclin de la peinture dont nous traiterons dans ce dossier, mais bien de ce qui témoigne de sa vitalité et de son renouvellement. Certes, un tel dossier n’est pas sans soulever des interrogations sur la direction à privilégier, puisque la peinture adopte de nos jours une multitude d’orientations conceptuelles et autant d’approches formelles et esthétiques. Devant cette pluralité, il n’est plus à propos de faire état des courants artistiques en peinture, ni de raviver les débats moribonds entre l’abstraction et la figuration. Le thème proposé, L’idée de la peinture, pourrait donner à croire que nous avons choisi de ne pas nous positionner envers la peinture comme médium (la peinture-peinture), et de privilégier plutôt des recherches prenant la peinture comme sujet. Cette ouverture sur des pratiques artistiques (photographie, sculpture, performance, tableaux vivants) qui font aussi appel aux différents codes de la peinture, à ses conventions esthétiques ou à ses références historiques a permis de constater l’influence prégnante de la peinture dans tous les champs de l’art, sans que cela mène pour autant à évacuer de ce dossier la picturalité et le geste de peindre. Au contraire, c’est une peinture définitivement affirmée comme telle qui s’impose dans ce numéro. On remarque notamment que la peinture moderniste, de même que le monochrome, nourrit encore, à plusieurs égards, de nombreuses démarches et que différents auteurs se réfèrent à cette période de l’histoire de l’art pour mettre en perspective des aspects spécifiques des...

Auteur : Sylvette Babin
Titre : L’idée de la peinture / The Idea of Painting
Revue : esse arts + opinions, Numéro 76, automne 2012, p. 2-3
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67189ac

Tous droits réservés © Les éditions esse, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014