Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

esse arts + opinions

Numéro 76, automne 2012, p. 4-11

L’idée de la peinture / The Idea of Painting

Direction : Sylvette Babin (directrice)

Rédaction : Sylvette Babin (rédactrice en chef)

Éditeur : Les éditions esse

ISSN : 0831-859X (imprimé)  1929-3577 (numérique)

esse045
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

 

Flirting with DeathDispatches along 19th to 21st century PaintingFrôler la mortTombeaux ouverts sur le parcours de la peinture du 19e au 21e siècle

Oli Sorenson

Traduit de l’anglais par

Sophie Chisogne

Résumé | Extrait

Frôler la mort : tombeaux ouverts sur le parcours de la peinture du 19e au 21e siècle Jacob Kassay, Xanax (détail | detail), 2011. photo : Marc Blower, permission de | courtesy of Art: Concept, Paris & ICA, Londres OLI Depuis l’aube de la révolution industrielle, on a tenté à maintes reprises d’en finir avec la peinture, à commencer par Hippolyte Delaroche qui aurait déclaré en 1839, en voyant pour la première fois un daguerréotype : « la peinture est morte à dater de ce jour ». Amorcé à cette date fatidique, le débat fait rage encore aujourd’hui : la photographie, avec son efficacité insurpassable à documenter les événements et à immortaliser les visages, elle qui a démocratisé le processus de création d’images en permettant à n’importe qui de manifester, d’un seul clic, les talents jadis élitistes du peintre, la photographie a-t-elle bel et bien tué la peinture ? Dans la mesure où la peinture n’a perdu aux yeux du public ni son attrait ni sa valeur marchande, on peut supposer que son territoire est plus vaste que celui que revendique la photographie. Il semblerait même qu’elle soit toujours la favorite des acheteurs dans les galeries commerciales ou lors des symposiums et encans d’art : neuf des dix artistes qui se vendent le plus aux enchères dans le monde sont des peintres1. Morte, la peinture ? On le dit, mais comme chaque notice nécrologique qui lui est consacrée suscite une pluie d’éloges et d’articles à son sujet, on se prend à penser que si la violence d’un scénario est une garantie de succès à la télévision, on pourrait peut-être en dire autant dans le milieu artistique... De nos jours, à voir les innombrables tableaux qui ornent les murs des musées, galeries et autres lieux d’exposition, il est tentant de mettre en cause le sérieux des menaces et des coups portés contre la peinture : sa mort annoncée haut et fort ne serait-elle pas plutôt une campagne promotionnelle savamment orchestrée ? Certes, des événements comme l’exposition-conférence Parti...

Auteur : Oli Sorenson
Titre : Flirting with Death: Dispatches along 19th to 21st century Painting / Frôler la mort : tombeaux ouverts sur le parcours de la peinture du 19e au 21e siècle
Revue : esse arts + opinions, Numéro 76, automne 2012, p. 4-11
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67190ac

Tous droits réservés © Les éditions esse, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014