Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

esse arts + opinions

Numéro 76, automne 2012, p. 78

L’idée de la peinture / The Idea of Painting

Direction : Sylvette Babin (directrice)

Rédaction : Sylvette Babin (rédactrice en chef)

Éditeur : Les éditions esse

ISSN : 0831-859X (imprimé)  1929-3577 (numérique)

esse045
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Judith Klugerman, Images de Crète, Galerie Circulaire, Montréal, du 28 avril au 2 juin 2012

Lucile Pages

Résumé | Extrait

Judith Klugerman présente à la Galerie Circulaire son travail inspiré des paysages de Crète. Ses oeuvres grand format attirent par leur originalité : ce sont de grands tissages, paisibles, à la fois fixes et mouvants. Mais une fois devant les oeuvres, le mystère s’estompe, laissant place à une réelle admiration pour le savoir-faire et la minutie de l’artiste. Sur un grillage géométrique suspendu, Klugerman tisse des bandes de papier horizontales découpées dans des oeuvres en taille douce et collagraphie. C’est donc par fragmentation que l’artiste compose. Elle lie sa pratique à l’artisanat crétois et valorise ce savoir-faire en le rendant visible aux spectateurs. Ses paysages abstraits rappellent les tissages géométriques crétois également dans leur rapport avec le spectateur, qui cherche un système de représentation dans toutes ces formes entrecroisées pour finalement se laisser guider par les jeux de lignes et de couleurs. L’artiste s’éloigne cependant de cet artisanat par l’incroyable variation de couleurs, de formes et de textures qu’offrent le découpage naturel de la grille et l’assemblage de différentes oeuvres. Alors que leur structure et leur composition sont strictement géométriques, les oeuvres dégagent une expressivité intense. Certains rubans de papier, prélevés sur des gravures en taille douce, révèlent une abstraction de lignes noires, nerveuses et très graphiques et dégagent une grande émotion. On peut se perdre dans ce labyrinthe de formes, ou reculer, se reposer et flâner encore dans la sérénité de l’ensemble. Quelques petits formats sur papier complètent l’exposition. Même si leur composition plus aride tranche avec celle des grands formats, l’expressivité de l’artiste en tapisse le détail. On retrouve les traits nerveux de la taille douce, et le jeu subtil des superpositions qui complexifie la composition. Dans Crète XLIX, l’artiste travaille toute la surface de la grille en variations, obsessionnellement, sans jamais en quitter l’espace. Les...

Auteur : Lucile Pages
Ouvrage recensé : Judith Klugerman, Images de Crète, Galerie Circulaire, Montréal, du 28 avril au 2 juin 2012
Revue : esse arts + opinions, Numéro 76, automne 2012, p. 78
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67204ac

Tous droits réservés © Les éditions esse, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014