Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

esse arts + opinions

Numéro 75, printemps-été 2012, p. 34-40

Objets animés / Living Things

Direction : Sylvette Babin (directrice)

Rédaction : Sylvette Babin (rédactrice en chef)

Éditeur : Les éditions esse

ISSN : 0831-859X (imprimé)  1929-3577 (numérique)

esse045
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

L’automate et son nombreThe Automaton and Its Number

Patrick Poulin

Translated from the French by

Eduardo Ralickas

Résumé | Extrait

L’automate et son nombre Patrick Poulin Valérie Blass, Déjà donné, 2011. photo : Guy L’Heureux, permission de | courtesy of Parisian Laundry, Montréal The Automaton and Its Number On trouve dans la pensée occidentale un partage épistémologique, politique et phénoménologique entre sujet et objet. L’arrivée de l’informatique a bouleversé ce clivage au sein des pratiques artistiques de sorte que le sujet et l’objet, sans cesser d’être des notions clefs, ont changé radicalement de sens. D’un paradigme métaphysique et signifiant qui déterminait le couple sujet-objet, nous sommes passés à un paradigme algorithmique, lequel met en jeu une logique numérique et économique. Penser l’objet animé en art implique donc, aujourd’hui, de considérer la désactivation du couple sujet-objet par l’informatique, tant dans un déplacement de la subjectivité que dans un nouvel investissement de l’objet en tant qu’objet. Les modalités qui témoignent de ces changements sont nombreuses : la subordination de l’analogique au numérique ; l’animisme et la sérialisation, dans un effacement de la singularité ; l’absence morbide du sujet dans une mise en scène de l’objet solitaire et ruiné. Sans sujet ni objet, sans intériorité ni extériorité, tout devient surface modulable, modulation superficielle et pragmatique, opération plastique sous la contrainte d’un codage numérique qui n’engage que des seuils. Ce texte propose d’explorer quelques oeuvres sous le rapport de nouvelles perspectives sur l’objet, dans la virtualité numérique, c’est-à-dire dans notre enfermement actuel, afin d’observer comment l’objet devient un enjeu artistique actuel face à la dématérialisation engagée par l’informatique au sein du capitalisme cognitif. Premièrement, les pratiques « analogiques » actuelles (au premier chef la peinture) esthétisent et absorbent la logique numérique sans avoir recours à l’électronique ou à l’informatique. Cela se vérifie autant en sculpture qu’en peinture : l’informatique y agit parfois...

Auteur : Patrick Poulin
Titre : L’automate et son nombre / The Automaton and Its Number
Revue : esse arts + opinions, Numéro 75, printemps-été 2012, p. 34-40
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66428ac

Tous droits réservés © Patrick Poulin, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014