Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

esse arts + opinions

Numéro 75, printemps-été 2012, p. 70-73

Objets animés / Living Things

Direction : Sylvette Babin (directrice)

Rédaction : Sylvette Babin (rédactrice en chef)

Éditeur : Les éditions esse

ISSN : 0831-859X (imprimé)  1929-3577 (numérique)

esse045
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Partager sa « petite affaire privée »Claire Savoie et Cristina Nuñez

Céline Huyghebaert

Résumé | Extrait

Céline Huyghebaert Partager sa «petite affaire privée» Claire Savoie et Cristina Nun˜ez Si la règle de Barthes, « donner l’intime, non le privé1 », circonscrit bien la pudeur dans laquelle il est bon de draper la parole publique, plusieurs oeuvres exposées pendant la 12e édition du Mois de la Photo à Montréal s’y dérobaient. Les expositions Aujourd’hui (dates-vidéos) de la Québécoise Claire Savoie, à la Galerie SBC, et Someone to love / Une personne à aimer (1988-2011), de l’Espagnole Cristina Nuñez, au Centre des arts actuels Skol, proposaient d’élaborer un territoire universel à partir de matériaux privés ou, pour les nommer autrement, à partir de cette « petite affaire privée » que Deleuze dénonce à la lettre E de son Abécédaire filmé. « C’est vraiment les connards, geint-il, c’est vraiment l’abomination de la médiocrité littéraire, de tout temps, mais particulièrement actuellement, qui fait croire aux gens que pour faire un roman, il suffit d’avoir une petite affaire privée [...]. Mais c’est une honte, quoi, c’est une honte de penser des choses comme ça ! Ce n’est pas l’affaire privée de quelqu’un, écrire, c’est vraiment se lancer dans une affaire universelle2. » Avant d’aller plus loin, on se doit de le rappeler, cette intransigeante injonction a été formulée dans le double contexte d’un vif engouement, à partir des années 1960, pour les récits de vie stéréotypés, destinés à une consommation rapide, et de la naissance du poststructuralisme qui a libéré le sens de l’oeuvre des contingences qui le reliaient jusqu’alors à l’auteur. À les relire aujourd’hui, alors que les frontières entre privé, intime, secret et public sont brouillées par notre utilisation intempestive des réseaux sociaux comme Facebook, qui exploitent et surexposent les petites affaires du moi, on pourrait les juger caduques. Elles viennent pourtant réanimer un vieux soupçon jamais évanoui sur les liens que peuvent entretenir la parole privée et le geste artistique. Sous le thème Lucidités....

Auteur : Céline Huyghebaert
Titre : Partager sa « petite affaire privée » : Claire Savoie et Cristina Nuñez
Revue : esse arts + opinions, Numéro 75, printemps-été 2012, p. 70-73
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66433ac

Tous droits réservés © Céline Huyghebaert, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014