Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

ETC

Numéro 96, juin-octobre 2012, p. 30-34

Du spirituel dans l’art

Direction : Isabelle Lelarge (directrice) et Céline Pereira (directrice adjointe)

Rédaction : Isabelle Lelarge (rédactrice en chef)

Éditeur : Revue d'art contemporain ETC

ISSN : 0835-7641 (imprimé)  1923-3205 (numérique)

etc1073425
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Massimo Guerrera : une façon de voir l’être ensembleMassimo Guerrera, La réunion des pratiques, suivi de Vingt façons de regarder un dessin, échange avec Michaël La Chance, L’oeuvre de l’Autre, le centre de l’exposition de l’UQÀC, 2011, non paginé

Bernard Lamarche

Résumé | Extrait

Couverture de la publication La réunion des pratiques de Massimo Guerrera. Textes de Massimo Guerrera et de Michaël Lachance, L’oeuvre de l’Autre, Chicoutimi, 2011, 36 p. Une facon de voir Massimo Guerrera, La réunion des pratiques, suivi de Vingt façons de regarder un dessin, échange avec Michaël La Chance L’oeuvre de l’Autre, le centre de l’exposition de l’UQÀC 2011, non paginé Spécimen rare dans le domaine de la publication en art contemporain au Québec, cet ouvrage largement illustré se présente comme un catalogue d’exposition et propose un texte consistant de l’artiste Massimo Guerrera, portant sur la dimension hautement spirituelle de sa démarche, et un échange avec l’artiste – 25 façons de regarder un dessin – mené par le philosophe et sociologue Michaël La Chance1. S’ils n’en présentent pas toutes les qualités requises, les propos signés par le créateur de l’installation Darboral retiennent du genre de l’essai moins une propension à débattre qu’une portée philosophique indéniable. Sur la manière dont la pratique de la spiritualité englobe l’ensemble des facettes de la pratique artistique telle que la conçoit l’artiste, ce texte aborde une panoplie de dimensions qui conduisent à une perméabilité des expériences dont il s’est précisément agi d’articuler la réunion, voire la fusion. Quiconque se sera baigné dans les installations performatives de Guerrera, notamment lors de la dernière édition de la Triennale de l’art québécois au Musée d’art contemporain de Montréal, l’an dernier, y trouvera matière à arrimer la façon qu’ont de se désenvelopper les multiples branchements entre les sphères d’activité de l’artiste, lui qui, notamment, habite ses installations de diverses performances publiques, en outre méditatives, qui peuvent remuer les attentes de certains. Chez l’artiste, l’ensemble des champs d’activités, créatrice ou davantage commune, ne connaît ni frontières, ni limites, ni commencement. Proposées autour d’un projet artistique, communautaire...

Auteur : Bernard Lamarche
Titre : Massimo Guerrera : une façon de voir l’être ensemble
Ouvrage recensé : Massimo Guerrera, La réunion des pratiques, suivi de Vingt façons de regarder un dessin, échange avec Michaël La Chance, L’oeuvre de l’Autre, le centre de l’exposition de l’UQÀC, 2011, non paginé
Revue : ETC, Numéro 96, juin-octobre 2012, p. 30-34
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67034ac

Tous droits réservés © Revue d'art contemporain ETC, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014