Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

24 images

Numéro 159, octobre-novembre 2012, p. 52

Le film-essai ou l’oeil sauvage

Direction : Philippe Gajan (directeur)

Rédaction : Marie-Claude Loiselle (rédactrice en chef)

Éditeur : 24/30 I/S

ISSN : 0707-9389 (imprimé)  1923-5097 (numérique)

images1058019
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Retour à Mandima de Rob-Jan Lacombe

Serge Abiaad

Résumé | Extrait

Retour à Mandima de Rob-Jan Lacombe Rob-Jan a 10 ans lorsqu’il quitte le Zaïre pour le Vieux Continent. Il y retourne 15 ans plus tard pour retrouver ses amis d’enfance. Entre-temps le pays a changé de nom et a connu une guerre sanglante. Rob-Jan Lacombe filme tout : son atterrissage, ses rencontres, ses retrouvailles, « la métamorphose » comme dira l’un de ses amis, la sienne et la leur. Des images de son enfance se juxtaposent à celles qu’il tourne : le cinéma ici filme la césure, l’anacoluthe, l’ellipse, la transformation en dehors du processus transformatif, l’avant et l’après et non ce qui ce qui fait tendre l’un vers l’autre. Retour à Mandima est un voyage qui mesure à la fois la force de l’amitié, la nostalgie d’un déracinement et la virulence d’une conscience « intranquille » – en 1996, trois mois après le départ de Rob-Jan, la guerre éclatait. Le cinéaste /sujet pose des questions sans forcément s’interroger ; celles-ci s’imposent d’elles-mêmes au gré des retrouvailles plus ou moins candides, permettant de mesurer le fossé qui s’est installé entre lui et ses camarades, et contenant des critiques à peine voilées dont il doit se justifier. Retour à Mandima est autant une expiation qu’un deuil, un voyage de réconciliation qui mène son auteur de la quête à l’accomplissement ; le cinéma est ici le passage inéluctable vers la rédemption : Lacombe renoue le lien brisé en affrontant les ambiguïtés de son cheminement et en acceptant d’inverser les rapports de force avec ceux qu’il filme, laissant la caméra entre les mains de ses amis pour être filmé à son tour. Il se met délibérément dans des situations délicates car il sait très bien qu’en simulant la vulnérabilité, il risque le rejet. Par sa caméra, ajustée de façon à ne pas confondre la sincérité de ses rapports actuels à l’ancien monde qu’il ravive, Lacombe répond tendrement et de manière émouvante à l’une des plus importantes questions philosophiques : qu’est-ce que l’amitié, au-delà de la couleur de la...

Auteur : Serge Abiaad
Ouvrage recensé : Retour à Mandima de Rob-Jan Lacombe
Revue : 24 images, Numéro 159, octobre-novembre 2012, p. 52
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67836ac

Tous droits réservés © 24/30 I/S, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014