Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Jeu : revue de théâtre

Numéro 143 (2), 2012, p. 68-69

Planète marionnette

Sous la direction de Raymond Bertin

Direction : Christian Saint-Pierre (directeur)

Rédaction : Christian Saint-Pierre (rédacteur en chef)

Éditeur : Cahiers de théâtre Jeu inc.

ISSN : 0382-0335 (imprimé)  1923-2578 (numérique)

jeu1060667
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Pour la reconnaissance de la marionnette en tant qu’art majeur et essentielManifeste

Association québécoise des marionnettistes

Résumé | Extrait

dossier Planète marionnette Manifeste Pour la reconnaissance de la marionnette en tant qu’art majeur et essentiel Association québécoise des marionnettistes Le manifeste des marionnettistes québécois a été lu publiquement à l’Assemblée de formation d’UNIMA Canada le 30 avril 2010. Des copies imprimées avaient été distribuées à cette occasion. La version finale date de la fin décembre 2010. Rédigé à plusieurs mains – Magali Chouinard, Hélène Ducharme, Marcelle Hudon, Johanne Rodrigue –, le manifeste a fait l’objet d’une vidéo diffusée sur YouTube lors du lancement des activités soulignant les 30 ans de l’AQM en mai 2011, et a été lu lors de la soirée de gala du colloque de décembre dernier. Parce que la marionnette est un art ancestral qui participe à l’évolution des mouvements artistiques actuels ; Parce que la marionnette honore la matière et la vie, transpose le réel et incarne les rêves et qu’elle revendique un monde pensant, imaginatif et meilleur ; Parce que la marionnette est présente au théâtre, au cinéma, au petit écran, à la maison, à l’école et dans la rue ; Parce que l’art de la marionnette a besoin de créateurs spécialisés, d’artisans, de formateurs et de penseurs ; Parce qu’il n’y a pas de marionnettes sans marionnettistes ; Parce que des milliers de spectateurs adultes et enfants d’ici et de l’étranger sont transportés par la qualité des créations des marionnettistes québécois ; Parce que les marionnettistes ont besoin de matériaux, d’espace et de temps pour pratiquer leur art ; Nous, les artistes et artisans québécois du milieu de la marionnette, revendiquons la reconnaissance de cet art en tant qu’art majeur et essentiel. Conséquemment, il est impératif… Que nous soit accordée une meilleure compréhension de nos modes de création ; Que l’expérimentation, la documentation, la formation ainsi que les échanges professionnels nationaux et internationaux soient reconnus comme intrinsèques à notre pratique ; Que se décloisonnent...

Auteur : Association québécoise des marionnettistes
Titre : Pour la reconnaissance de la marionnette en tant qu’art majeur et essentiel : manifeste
Revue : Jeu : revue de théâtre, Numéro 143 (2), 2012, p. 68-69
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66833ac

Tous droits réservés © Cahiers de théâtre Jeu inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014