Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Jeu : revue de théâtre

Numéro 143 (2), 2012, p. 70-77

Planète marionnette

Sous la direction de Raymond Bertin

Direction : Christian Saint-Pierre (directeur)

Rédaction : Christian Saint-Pierre (rédacteur en chef)

Éditeur : Cahiers de théâtre Jeu inc.

ISSN : 0382-0335 (imprimé)  1923-2578 (numérique)

jeu1060667
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Le monde au bout des doigtsEntretien avec Jacques Trudeau

Raymond Bertin

Résumé | Extrait

dossier Planète marionnette Raymond Bertin Le monde au bout des doigts Entretien avec Jacques Trudeau Même dans ses plus beaux rêves de jeune homme, au tournant des années 70, alors qu’il débutait comme artiste de la scène, Jacques Trudeau n’avait pas imaginé qu’il serait un jour secrétaire général de l’Union internationale de la marionnette (UNIMA), qu’il dirigerait un festival de théâtre de marionnettes à Barcelone et qu’il voyagerait sur les cinq continents à longueur d’année. Véritable citoyen du monde, ce Montréalais, au moment où je l’ai rencontré début janvier, revenait de Finlande et d’Azerbaïdjan, en passant par le Portugal et la France, où il a son bureau à Charleville-Mézières, haut lieu mondial de la marionnette ; peu avant, il était en Russie (à Saint-Pétersbourg et en Sibérie), puis en Iran, et serait bientôt à Chengdu, en Chine, avant de se rendre en Afrique à cet été. Sa passion des voyages et des rencontres passe par le prisme des arts de la marionnette, dont il fréquente tous les événements d’envergure : « Il y a, à travers le monde, plus de 500 festivals de marionnettes affiliés à l’UNIMA, ce qui veut dire qu’il y en a peut-être 700 ou 800 en tout. Surtout en Europe où la marionnette a connu un développement accéléré au cours du dernier siècle, principalement grâce à l’influence du grand marionnettiste russe Sergei Obraztsov, mais les gens connaissent assez peu ce qui se fait ici, au Canada. Le fait que je sois québécois, et d’Amérique du Nord, intrigue beaucoup, et on me demande souvent de recommander des artistes », note-t-il, avant d’enchaîner : « On pourrait penser que la marionnette est un médium qui a fait son temps, mais au contraire, c’est la forme d’art qui s’adapte le mieux aux nouvelles technologies et, avec l’interpénétration des arts, danse, cirque ou arts visuels, la marionnette, qui touche à tout ça, se transforme et innove constamment. » Ah ! les voyages… Le parcours de Jacques Trudeau s’amorce comme danseur et comédien...

Auteur : Raymond Bertin
Titre : Le monde au bout des doigts : entretien avec Jacques Trudeau
Revue : Jeu : revue de théâtre, Numéro 143 (2), 2012, p. 70-77
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66834ac

Tous droits réservés © Cahiers de théâtre Jeu inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014