Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Jeu : revue de théâtre

Numéro 143 (2), 2012, p. 100-109

Planète marionnette

Sous la direction de Raymond Bertin

Direction : Christian Saint-Pierre (directeur)

Rédaction : Christian Saint-Pierre (rédacteur en chef)

Éditeur : Cahiers de théâtre Jeu inc.

ISSN : 0382-0335 (imprimé)  1923-2578 (numérique)

jeu1060667
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Présence et dynamisme de la marionnette au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Françoise Boudreault

Résumé | Extrait

dossier Planète marionnette Françoise Boudreault Présence et dynamisme de la marionnette au Saguenay–Lac-Saint-Jean Création, recherche, formation, diffusion et même thérapie font partie de l’univers de la marionnette au Saguenay. Les partenariats sont nombreux. La concertation et le décloisonnement semblent prisés dans le milieu artistique régional ; les intervenants dans le domaine se limitent rarement à une spécialité. Les créateurs offrent aussi des formations et effectuent de la recherche. Cette dernière bénéficie d’un véhicule institutionnel privilégié avec l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et sa chaire de recherche en dramaturgie sonore, à laquelle contribuent des marionnettistes de la région. Le baccalauréat interdisciplinaire en arts de l’UQAC incite à l’hybridité, et les interventions de l’École nationale des apprentissages par la marionnette (ÉNAM) passent par la création, la scénarisation et la fabrication. Parmi les diffuseurs, ManiganSes développe des partenariats qui touchent à la formation et à la création. Mais surtout, depuis quatre décennies, des artistes et des travailleurs culturels assurent la pérennité de la discipline au Saguenay. Premier chapitre d’une histoire Les arts de la scène au Saguenay ont beaucoup évolué en un demi-siècle. Dans les années 60, il s’y fait peu de théâtre, mais le talent ne manque pas et plusieurs quittent la région pour faire carrière. Deux compagnies importantes naissent dans les années 70 : le Théâtre les Amis de Chiffon à Alma, en 1974, et le Théâtre la Rubrique de Jonquière, à la fin de la décennie. Depuis leur fondation, les Amis de Chiffon n’ont pas cessé de présenter des spectacles de marionnettes pour enfants. La compagnie a diffusé ses productions – une trentaine au total – à travers la région, dans la province et à l’étranger. Tout le monde au Saguenay a déjà vu un spectacle de la compagnie, qui joue dans les écoles et dans les salles, en plus de donner des ateliers de fabrication et de manipulation qui sensibilisent de façon concrète les jeunes à la marionnette. Ses créations touchent à plusieurs techniques : marionnette à main prenante, à gaine, masques, etc. Maintenant installés à Chicoutimi, les Amis de Chiffon embauchent des marionnettistes tout au long de l’année. En 2014, cette première troupe de marionnettes de la région aura 40 ans. Acte II, vers l’extérieur Pendant les années 80, en même temps que l’Association québécoise des marionnettistes (AQM), le Centre populaire de la marionnette au Saguenay (CPMS) voit le jour. Autre compagnie importante née au début de cette décennie, les Têtes Heureuses, vouée au théâtre d’acteurs, a intégré des marionnettes géantes à son spectacle la Belle et la Bête en 1982. Le CPMS installe ses pénates à Jonquière en 1981. Utilisant des marionnettes surdimensionnées, la compagnie crée ses productions dans des contextes variés, parfois dans l’esprit du théâtre de rue. Elle a produit ses spectacles pendant une dizaine d’années et a monté, notamment, des textes de Pierre-Michel Tremblay et Daniel Danis, à l’époque où ces auteurs étaient peu connus. Après une tournée en Belgique et en France en 1985, Richard Bouchard et Gabriel Bouchard, fondateurs du CPMS, reviennent au Saguenay et jonglent avec l’idée de créer un événement international, inspirés par l’incontournable Festival mondial des théâtres de marionnettes de Charleville-Mézières. Pendant dix jours, tous les trois ans, cette petite ville française est envahie par les marionnettes des quatre coins du monde et devient le lieu où se côtoient l’innovation et la tradition. Pourquoi les gens de la région n’auraient-ils pas, eux aussi, accès à un festival d’envergure ? L’été est une période idéale pour intéresser les familles, les touristes et, en plus, le climat se prête aux activités extérieures. En 1988, le Théâtre de marionnettes de Moscou tourne au Québec et produit son spectacle Kashtanka au Saguenay. Le succès d’assistance prouve qu’il est possible d’intéresser le public de la région à un spectacle de marionnettes en provenance de l’extérieur du pays.

Auteur : Françoise Boudreault
Titre : Présence et dynamisme de la marionnette au Saguenay–Lac-Saint-Jean
Revue : Jeu : revue de théâtre, Numéro 143 (2), 2012, p. 100-109
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66839ac

Tous droits réservés © Cahiers de théâtre Jeu inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016