Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Jeu : revue de théâtre

Numéro 143 (2), 2012, p. 118-125

Planète marionnette

Sous la direction de Raymond Bertin

Direction : Christian Saint-Pierre (directeur)

Rédaction : Christian Saint-Pierre (rédacteur en chef)

Éditeur : Cahiers de théâtre Jeu inc.

ISSN : 0382-0335 (imprimé)  1923-2578 (numérique)

jeu1060667
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Le DESS en théâtre de marionnettesDe l’écriture à la scène

Marthe Adam

Résumé | Extrait

dossier Planète marionnette Marthe Adam Le DESS en théâtre de marionnettes De l’écriture à la scène Pour faire un bilan et même un simple constat de l’impact du Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en théâtre de marionnettes contemporain sur la pratique professionnelle actuelle, il me faudrait un certain recul, un regard distancié et un tant soit peu objectif. Ce programme d’études est jeune, à peine cinq ans, son maintien et sa direction exigent un engagement constant, une attention soutenue tant pour assurer la qualité des cours que pour recruter de nouveaux étudiants et intéresser des artistes pédagogues à y enseigner. Cet article se veut donc une simple réflexion sur la création du DESS et sur la dramaturgie qui se situe au coeur de chacun des cours offerts pendant les deux années que dure le programme. On le sait, au Québec, la formation en théâtre de marionnettes a pris de multiples aspects au fil des 40 dernières années. Les marionnettistes, pour la plupart des autodidactes qui ont appris « sur le tas », fréquentent les classes de maîtres offertes, entre autres, par l’Association québécoise des marionnettistes (AQM) ou par des organismes étrangers tel l’Institut international de la marionnette de Charleville-Mézières. Les compagnies ont également largement collaboré à la formation en accueillant des marionnettistes et en les formant à leurs approches et techniques. Au début En septembre 2007, l’École supérieure de théâtre de l’UQAM accueille un groupe de dix-huit étudiants admis au nouveau programme du DESS en théâtre de marionnettes contemporain. Pour la première fois au Canada, un programme d’études est créé dans cette discipline. C’est une formation courte de deux années. Nous savons dès le départ, c’est-à-dire dès nos premières réunions en 2002, qu’il faut prouver aux instances universitaires la nécessité de mettre sur pied un diplôme d’études dans le domaine du théâtre de marionnettes. Malgré toute la détermination des artistes du Québec et d’ailleurs, le terme « marionnette » suscite parfois, dans certains milieux, du scepticisme quant au sérieux de la discipline. Et ce, même si de nombreux cours en théâtre de marionnettes se donnent à l’École supérieure de théâtre depuis le début des années 70. Nous avons donc travaillé ardemment à démontrer l’ampleur du développement de la discipline ainsi que la qualité et la diversité des esthétiques traditionnelles et actuelles. Les répercussions des arts de la marionnette dans des disciplines telles la performance et l’installation, les nouvelles formes scéniques, les écritures multiples et les nouveaux processus de création ont aussi été sources d’inspiration, objets de réflexion et d’argumentation pour convaincre les décideurs de l’importance d’accorder une place véritable au théâtre de marionnettes dans les programmes d’études de l’École. Un peu d’histoire Dès l’ouverture du programme de théâtre à l’UQAM en 1969-1970, la présence de cours portant sur le théâtre de marionnettes contribue à l’émergence de cette forme d’art dans le milieu théâtral québécois. L’enseignement se concentre alors sur l’histoire, la théorie, les techniques de fabrication et du jeu, la marionnette en animation culturelle, la pédagogie ou les différentes étapes de production. Les étudiants apprennent les rudiments du métier à l’intérieur de la formation en scénographie, en jeu et en enseignement du théâtre. Ces cours permettent l’intégration de cette forme d’art dramatique dans la pratique professionnelle des artistes du théâtre formés à l’UQAM. Les études en théâtre de marionnettes sont d’ailleurs reconnues par le milieu théâtral comme l’une des spécificités de l’UQAM par rapport aux autres universités offrant des programmes en art et aux différentes écoles de formation professionnelle en théâtre. Bien que, au début, il n’y ait eu que quatre cours spécifiques à la marionnette, auxquels se sont ajoutés trois autres cours au fil des années, l’École supérieure de théâtre a contribué à la formation de nombreux marionnettistes.

Auteur : Marthe Adam
Titre : Le DESS en théâtre de marionnettes : de l’écriture à la scène
Revue : Jeu : revue de théâtre, Numéro 143 (2), 2012, p. 118-125
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66841ac

Tous droits réservés © Cahiers de théâtre Jeu inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016