Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Jeu : revue de théâtre

Numéro 143 (2), 2012, p. 138-143

Planète marionnette

Sous la direction de Raymond Bertin

Direction : Christian Saint-Pierre (directeur)

Rédaction : Christian Saint-Pierre (rédacteur en chef)

Éditeur : Cahiers de théâtre Jeu inc.

ISSN : 0382-0335 (imprimé)  1923-2578 (numérique)

jeu1060667
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Un voyage dans l’oeuvre de Felix Mirbt

Olivier Ducas

Marcelle Hudon

Francis Monty

Résumé | Extrait

carte blanche Olivier Ducas, Marcelle Hudon et Francis Monty Un voyage dans l’oeuvre de Felix Mirbt Photos d’archives et du spectacle Die Reise ou les visages variables de Felix Mirbt (2001), accompagnées d’extraits du journal de Felix Mirbt. « Je ne veux pas nécessairement vous impressionner avec une image au moment où vous la voyez, mais je veux qu’elle reste avec vous pour le reste de votre vie. » Felix Mirbt. © Nir Bareket. « Un vieux marionnettiste ambulant s’est un jour assis près de moi. Je n’ai jamais oublié ce qu’il m’a dit : “Les fils de mes marionnettes sont noirs et épais parce que, quand mes spectateurs ne voient pas les fils, ils se demandent comment je fais, et ça les distrait de l’histoire”. » Marionnette à fils des premières années (1950-1960). © Marcelle Hudon. « Dans Inook, la mise à mort de l’ours polaire nous posait problème. Notre marionnette mesurait sept pieds de haut et bougeait difficilement. Toutes nos tentatives pour représenter la scène de façon réaliste se sont avérées inefficaces, voire risibles. Nous avons finalement choisi de conter la chasse plutôt que de la représenter. Ultimement, la mise à mort de l’ours est devenue une espèce de danse lente et ritualisée dans laquelle chacun pouvait projeter ses propres émotions. C’est en travaillant à Inook que j’ai commencé à séparer le texte de la manipulation. » La mère d’Inook dans Inook and the Sun (1973). © Marcelle Hudon. jeu 143 / 2012.2 « Dans Woyzeck, nous sommes allés un peu plus loin et nous avons déplacé les voix sur un balcon, et les manipulateurs et les marionnettes sur la scène en dessous. Ça a créé une hiérarchie très surprenante : les dieux, les messagers, le peuple. L’autorité venait des voix ; la rancoeur et la colère des manipulateurs s’exprimaient, elles, à travers le peuple (les marionnettes). » Woyzeck (1974-1988). Sur la photo : en haut, Gilles Provost, Monique Brasseur, Marcel Girard, Hedwige Herbiet et Raphaël Albani ; en bas, Felix Mirbt...

Auteurs : Olivier Ducas, Marcelle Hudon et Francis Monty
Titre : Un voyage dans l’oeuvre de Felix Mirbt
Revue : Jeu : revue de théâtre, Numéro 143 (2), 2012, p. 138-143
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66844ac

Tous droits réservés © Cahiers de théâtre Jeu inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014