Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Liberté

Volume 53, numéro 4 (296), juin 2012, p. 103-111

Nous ?

Direction : Ivan Carel (directeur administratif)

Rédaction : Pierre Lefebvre (rédacteur en chef)

Éditeur : Collectif Liberté

ISSN : 0024-2020 (imprimé)  1923-0915 (numérique)

liberte1026896
< Précédent 

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Le lecteur impuni13. Mes livres, un par un

Robert Lévesque

Résumé | Extrait

le lecteur impuni une chronique de robert lévesque 13. Mes livres, un par un En rangeant mes livres, un par un, dans des caisses de Budweiser et de Coors achetées en vrac et que je devais d’abord déplier, que je remplissais et qu’enfin je scotchais pour la route, je me remémorais cette chanson des années 1970 qui n’était pas, et de loin, la meilleure qu’interprétait Pauline Julien ; c’est la chute du refrain qui me revenait, insistante, avec son « J’sais pas si j’vas déménager… ou rester là ! » Ma décision était pourtant prise, je déménageais. Rester là était exclu. Les raisons qu’additionne Réjean Ducharme dans cette québéco-brechtienne chanson du dilemme — le plafond me tombe en mille miettes sur les épaules et sur la tête… la poignée de porte nous reste dans les mains à deux heures et demie du matin… le Varathane s’est détaché on a trop mis d’ammoniaque… la poussière reste pris dans les craques — n’avaient rien à voir avec ma situation. J’allais quitter un studio cosy de la rue de Mentana et pourquoi donc cette chanson me trottait-elle dans la tête ? À l’époque, durant mes années à Québec-Presse, Pauline Julien me téléphonait parfois en fin d’après-midi pour que je dise à Gérald Godin — à Ahuntsic, dans un entresol de l’avenue Péloquin, le rédac’chef passait des heures le combiné vissé de l’épaule à l’oreille à l’affût du scoop — qu’il ne devait pas oublier d’acheter des tomates… Je me souviens qu’à l’occasion je pouvais me demander si ce n’était pas pour les lui lancer au visage lorsque le mal peigné rentrerait un peu tard et parfumé chez la renarde… Journaliste, j’en ai eu comme ça des épouses qui, dans les rédactions, me choisissaient pour messager ; lorsque j’étais au Devoir dans les années 1980, c’était parfois Alice Poznanska Parizeau qui, elle, dont je m’aperçois que je n’ai aucun roman à mettre en boîte, n’ayant jamais possédé ni lu ses Lilas [qui] fleurissent à Varsovie, m’attrapait lorsque j’étais de l’équipe du soir, assez tard, assez soûle,...

Auteur : Robert Lévesque
Titre : Le lecteur impuni : 13. Mes livres, un par un
Revue : Liberté, Volume 53, numéro 4 (296), juin 2012, p. 103-111
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66866ac

Tous droits réservés © Collectif Liberté, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014