Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Lurelu

Volume 35, numéro 2, automne 2012, p. 17-18

Direction : Daniel Sernine (directeur)

Rédaction : Manon Richer (rédactrice adjointe)

Éditeur : Association Lurelu

ISSN : 0705-6567 (imprimé)  1923-2330 (numérique)

lurelu1081565
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Les coups de coeur de Lurelu

L’équipe

Résumé | Extrait

Coup de coeur sucré Cette année, je suis tombée sous le charme des Histoires sucrées de Caroline Merola (Éd. Dominique et compagnie). Dans ces neuf petits contes tout en rimes, l’auteure-illustratrice s’amuse avec les mots et leur sonorité, tout particulièrement dans le texte qui a donné son nom au recueil et dans «Mi mi la do ré». Mme Merola nous invite dans neuf univers fort différents, des fruits déconfits au chat de la Saint-Jean, en passant par un dinosaure, une souris en bermuda, un crapaud musicien. Ses textes sont amusants, pleins d’entrain, un peu coquins. C’est tout d’abord pour ses magnifiques illustrations, aux couleurs chaudes et envoutantes, que j’ai eu un coup de coeur. On reconnait tout de suite sa palette aux couleurs riches, ses bleus et ses verts intenses, ses jaunes lumineux. J’aime beaucoup «Au loup», avec ses animaux cachés dans des arbres au feuillage bleu qui rendent à merveille l’ambiance de la nuit. Ses personnages sont dynamiques et expressifs. Lili la rouquine dessine du soir au matin, du matin au soir. Elle crée des animaux fabuleux qui prennent vie la nuit. En la regardant bien, je trouve que son talent et ses cheveux chatoyants lui donnent un air de parenté avec sa créatrice qui sait si bien nous enchanter! Céline Rufiange Abracadabra, et un coup de coeur! Avec Abracadabra (Éd. La courte échelle), l’aventure dans laquelle Caroline Merola nous fait entrer n’est pas que séduction passagère. À travers formes et couleurs, elle force le regard à plus d’attention et, si l’on s’y prête, prolonge le plaisir. Une telle attitude m’apparait riche de cohérence. Elle permet que se révèle après coup le double sens de l’histoire, mais surtout, à mon avis, le double sens de l’image. Et à la manière du graveur néerlandais Max Escher, l’artiste, dans son dessin, croise les contours. Un jeu sémantique fascinant que déjà la page couverture, par l’effet de miroir, initie : de la droite à la gauche et du haut vers le bas. Le coup de crayon s’affaire...

Auteur : L’équipe
Titre : Les coups de coeur de Lurelu
Revue : Lurelu, Volume 35, numéro 2, automne 2012, p. 17-18
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67291ac

Tous droits réservés © Association Lurelu, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014