Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Lurelu

Volume 35, numéro 2, automne 2012, p. 75-76

Direction : Daniel Sernine (directeur)

Rédaction : Manon Richer (rédactrice adjointe)

Éditeur : Association Lurelu

ISSN : 0705-6567 (imprimé)  1923-2330 (numérique)

lurelu1081565
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Théâtre

Résumé | Extrait

Théâtre 3 Les mains dans la gravelle A SIMON BOULERICE C GAZOLINE E LA BAGNOLE, 2012, 94 PAGES, 8 À 11 ANS, 14,95 $ Créé en janvier 2011 à Beloeil, le spectacle solo de Simon Boulerice, Les Mains dans la gravelle, parcourt les routes du Québec et d’Europe depuis, mais ce n’est qu’en avril 2013 que les Montréalais pourront le voir à la Maison Théâtre. En attendant, ils pourront se rabattre sur le texte, publié dans une collection qui, jusqu’ici, était consacrée au roman. Fred Gravel, qui a eu dix ans en 1993, raconte, en s’adressant aux mouettes dans le ciel, son enfance par l’intermédiaire du personnage de Fred-la-terreur. Prisonnier de sa cour non asphaltée, le mauvais garçon lance des cailloux dans les fenêtres de ses voisins riches pour se venger. Le désir de s’enrichir le pousse à rechercher, dans sa cour de gravier, les pierres qu’il pourra peindre et vernir pour en faire des pierres précieuses. Sa petite voisine, Agathe, qui se considère «aux trois quarts épanouie», bien que riche, prend trop de place dans sa vie, jusqu’au jour où elle lui devient indispensable. À travers ce récit à rebours de son enfance, le narrateur explore le thème de la richesse et de la pauvreté, évoque sa fascination pour Fred Astaire, Marilyn Monroe, Vincent Van Gogh, et exprime avant tout un insatiable et légitime désir d’émancipation. Chez lui, la poésie affleure au milieu des objets les plus prosaïques du quotidien : contenants de jus Oasis, boites de conserve Chef Boyardee, sacs d’épicerie en plastique, boites de carton. À la fois drôle et touchant, voilà un univers vraiment unique à découvrir. Raymond Bertin, pigiste  Coco incognito A VALÉRIE GALARNEAU I PATRICE CHARBONNEAU-BRUNELLE C CARAVANE E LA BAGNOLE, 2012, 32 PAGES, 3 À 7 ANS, 16,95 $ Dans la jungle du Brésil, Maitre Crapaud, géant de son état, et Tamarin, le petit singe, recueillent un oeuf tombé du ciel. Alors que le crapaud ne pense qu’à dormir, Tamarin s’inquiète et n’aura de cesse de chercher qui est à...

Titre : Théâtre
Revue : Lurelu, Volume 35, numéro 2, automne 2012, p. 75-76
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67302ac

Tous droits réservés © Association Lurelu, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014