Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Lurelu

Volume 35, numéro 1, printemps-été 2012, p. 79-80

Direction : Daniel Sernine (directeur)

Rédaction : Manon Richer (rédactrice adjointe)

Éditeur : Association Lurelu

ISSN : 0705-6567 (imprimé)  1923-2330 (numérique)

lurelu1081565
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

 

L’énigme d’Émile

Laurène Smagghe

Résumé | Extrait

Journaliste au magazine Les Débrouillards, Laurène Smagghe a 28 ans. Elle a commencé à écrire des histoires parce qu’elle aimait taper à la machine. Elle a ainsi tapé des dizaines de débuts de romans, sans jamais parvenir à en terminer un. Jusqu’à ce qu’elle découvre les nouvelles : enfin elle allait pouvoir écrire des histoires en cinq pages! Elle les tape maintenant à l’ordinateur, c’est moins bruyant. Passionnée par la science et par l’écriture, elle rêve d’écrire des livres d’«enquêtes culinaires»... Ça a commencé le lendemain de ma fête. J’avais onze ans, un jour et quelques heures. Je savais que j’avais un devoir à faire pour le lendemain. Je le savais parce qu’on a toujours des devoirs à faire. Mais je n’arrivais plus à me rappeler quoi exactement. J’ai essayé de m’en souvenir pendant toute la soirée, sans succès. J’ai fini par appeler mon ami David, qui m’a dit ce qu’il fallait faire. Et puis, le soir, alors que j’avais un pied dans la baignoire, j’ai entendu la voix de mon enseignante énoncer ce que m’avait déjà dit David : «Et n’oubliez pas de lire dix pages du livre de la semaine!» J’ai été surpris, mais je me suis dit que je devais être très fatigué. Le lendemain, en sortant de l’école, j’ai essayé de me souvenir de ce que ma mère m’avait demandé d’acheter à l’épicerie. Impossible! Je suis rentré les mains vides à la maison. Évidemment, ma mère était un peu fâchée. Surtout qu’après, le magasin était fermé. Je me demandais ce qui allait se passer. Est-ce que ma mémoire allait me revenir quand je prendrais mon bain? Mais cette fois-ci, c’est au moment où ma fourchette s’est plantée dans le gratin que j’ai entendu dans ma tête : «Émile, pourrais-tu acheter du fromage à l’épicerie ce soir?» Ça a continué comme ça pendant des jours. Chaque fois qu’on me demandait quelque chose, je l’oubliais. Et puis tout à coup, j’entendais une voix me dire ce que je devais faire. C’était la même chose pour les anniversaires, les devoirs, les corvées… Je commençais à...

Auteur : Laurène Smagghe
Titre : L’énigme d’Émile
Revue : Lurelu, Volume 35, numéro 1, printemps-été 2012, p. 79-80
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66413ac

Tous droits réservés © Association Lurelu, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014