Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Lurelu

Volume 34, numéro 2, automne 2011, p. 21-22

Direction : Daniel Sernine (directeur)

Rédaction : Ginette Landreville (rédactrice adjointe)

Éditeur : Association Lurelu

ISSN : 0705-6567 (imprimé)  1923-2330 (numérique)

lurelu1081565
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Savais-tu ?Cécile Gagnon

Daniel Sernine

Résumé | Extrait

Circa 1979… (photo : Diane Hardy) (Avec un clin d’oeil à Michel Quintin, Alain M. Bergeron et Sampar, les créateurs de la très populaire série documentaire et humoristique «Savais-tu?», consacrée aux créatures les plus singulières.) Qu’écrire au sujet de Cécile Gagnon, ou plutôt comment l’écrire? Voilà ce que je me demandais après la fête organisée le 8 juin dernier par sa famille, dans une salle bondée de la Grande Bibliothèque à Montréal. L’occasion? Célébrer les cinquante ans de carrière de cette pionnière prolifique de notre littérature jeunesse. Devant l’impressionnante somme d’informations que j’avais à ma disposition, seul le choix d’une approche anecdotique et humoristique m’a insufflé le courage de m’attaquer au sujet. On m’excusera le tutoiement familier qu’impose la formule «Savais-tu?»... *** Savais-tu que Cécile Gagnon est née la même année que Georges Pérec, Julos Beaucarne, Mgr Jean-Claude Turcotte, le Tchèque Václav Havel ainsi que Sylvio Berlusconi? Allez, je t’épargne un recours à Wikipédia : on parle de 1936. Sans rapport avec le tristement célèbre Italien ci-dessus nommé, savais-tu que Cécile a flirté avec la langue italienne dès 1961, assez pour servir d’interprète puis, plus tard, de traductrice? Elle a formalisé son apprentissage au milieu des années 80 en obtenant un Certificat d’études italiennes de l’Université de Montréal, puis elle a donné des ateliers d’écriture dans des classes de Sienne et d’Albe, créé une pièce de théâtre avec des écoliers italiens et agi comme animatrice dans les écoles d’une demi-douzaine d’autres villes italiennes. Savais-tu que Cécile Gagnon partage sa date de naissance (le 7 janvier) avec l’écrivain Charles Péguy, le compositeur Francis Poulenc et sainte Bernadette Soubirous? Savais-tu que Cécile Gagnon a étudié les Beaux-Arts à Boston, les arts graphiques à Paris, le dessin et la gravure à l’École du Louvre, la céramique à Sceaux et à Montréal? Je te parle d’un temps où Aznavour chantait «La Bohême»... Tu savais au moins, n’est-ce pas, que Cécile a illustré elle-même un certain nombre de ses livres, surtout au début de sa carrière... Savais-tu que Cécile a publié deux romans pour adultes, en plus de la centaine (et plus) de livres pour enfants que répertorient les bibliographies qui lui sont consacrées? Savais-tu aussi que Cécile a publié une trentaine de titres en France, presque tous inédits ici, dont dix-huit petites histoires de la série «Mousse»? Savais-tu que, comme d’autres auteures de sa génération, Cécile fut aussi impliquée dans l’édition? Entre autres comme directrice des collections «Brindille» et «Libellule» chez Héritage, rédactrice des Cahiers Passe-partout pour le ministère de l’Éducation, responsable des publications enfantines chez Pierre Tisseyre, rédactrice en chef de la revue Coulicou... *** Les trois pionnières de notre littérature jeunesse moderne ont joué un rôle de pointe dans la mise sur pied de nos institutions. Je parle de Paule Daveluy, Henriette Major et Cécile Gagnon, qui ont été cofondatrice et première présidente de Communication-Jeunesse (Mme Daveluy), et respectivement troisième et quatrième présidentes de l’organisme. C’est à ce dernier titre que Cécile Gagnon, le savais-tu, fut aussi la cofondatrice de Lurelu, qui était à l’origine (1978) un «Bulletin d’information sur la littérature de jeunesse». Savais-tu que Cécile Gagnon a cofondé l’AEQJ en 1992? On parle de l’Association des écrivains québécois pour la jeunesse, dont l’autre cofondateur fut le conteur Jacques Pasquet. L’Association a d’ailleurs donné le nom de Cécile à son prix littéraire réservé à la relève, créé en 1997, et a fait d’elle — Cécile, toujours — l’une de ses membres honoraires. Le même honneur lui a été conféré par Communication-Jeunesse en 1998. Savais-tu que le tout premier livre de Cécile, l’album La pêche à l’horizon (Éd. du Pélican, 1961), lui a valu le Prix du Grand jury des Lettres de Montréal? Savais-tu que Cécile Gagnon a remporté deux fois le prix littéraire de l’ACELF? En 1980 avec Alfred dans le métro et en 1985 avec le manuscrit «Où ça mène le progrès?», qui allait être publié en 1993 sous le titre L’ascenseur d’Adrien.

Auteur : Daniel Sernine
Titre : Savais-tu ? Cécile Gagnon
Revue : Lurelu, Volume 34, numéro 2, automne 2011, p. 21-22
URI : http://id.erudit.org/iderudit/64728ac

Tous droits réservés © Association Lurelu, 2011

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2015