Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Lurelu

Volume 34, numéro 3, hiver 2012, p. 61-62

Direction : Daniel Sernine (directeur)

Rédaction : Manon Richer (rédactrice adjointe)

Éditeur : Association Lurelu

ISSN : 0705-6567 (imprimé)  1923-2330 (numérique)

lurelu1081565
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Bandes dessinées

Résumé | Extrait

Bandes dessinées 4 La tour au trésor A Scott Chantler I Scott Chantler T france gladu S Les trois voleurs (1) E Scholastic, 2011, 112 pages, 9 à 12 ans, 12,99 $ Dessa Redd, orpheline de quatorze ans, est acrobate dans une minuscule troupe de bateleurs un peu voleurs, composée d’Hugo, patron autoritaire, d’une femme à barbe, de Fisk, un grand «Ettin à une tête», et de Topper, un farfadet bleu et avide. Arrivé à Kingsbridge, la cité royale de North Huntington (et pourquoi pas Pont-au-Roi et Villechasse-Nord?), chacun poursuit son obsession. Hugo «Tubby» veut trouver de quoi manger, Dessa cherche son frère jumeau dont elle a été séparée quand leurs parents ont été tués, et le nain bleu veut voler le trésor dans la tour. Ils se font arrêter, condamner à mort, s’évadent et fuient la ville. Scholastic nous propose ici une fantasy médiévalisante, dans un album de petit format, bien dessiné, bien imprimé (en Chine). Le style rappelle un peu le coup de crayon de Jean-Claude Mézières, et la mise en cases, celle du magazine Pilote de la haute époque. La traduction de France Gladu sent un peu le «traduit-du». Les personnages sont bien campés, le dessin clair et lisible, le retour en arrière, ou flash-back, en noir et blanc ne détonne pas. Les scènes de nuit sont très lisibles. Le scénario est simple mais solide, avec juste ce qu’il faut de péripéties et de rebondissements; la dimension fantaisiste reste très discrète dans ce premier épisode. Les allusions aux mécaniciens du Moyen Âge et de la Renaissance sont crédibles. Cet excellent album se lit aisément et donne envie de connaitre la suite. Thibaud Sallé, pigiste 5 Auguste Pokus A Sylvie Desrosiers I Rémy Simard E Scholastic, 2011, 32 pages, 3 à 7 ans, 9,99 $ Auguste, un petit lapin futé habitant le chapeau de Monsieur Magie, aperçoit une attrayante carotte sur le comptoir. Malheureusement, le chien du magicien se dresse entre lui et l’aliment convoité. Obstacle de taille! Auguste Pokus, c’est une bande dessinée quasi muette qui ne manque pas de piquant. Le fait qu’un album où le texte est presque totalement absent parvienne à rendre les émotions et les idées des personnages aussi claires impressionne. L’abondance d’onomatopées et de signes de ponctuation contribue à rendre le récit limpide. Il comporte d’ailleurs un rythme soutenu et, qui plus est, les nombreux rebondissements sont pimentés de trouvailles rigolotes. Impossible de s’ennuyer! Surtout, les illustrations sont ravissantes. Les cases nombreuses et étroites servent bien l’action. Les personnages semblent sur le point de s’animer tellement leurs mouvements sont habilement rendus. Aussi, les quelques plans rapprochés accentuent leurs émotions : peur, surprise, colère, satisfaction… Le lapin, avec ses yeux disproportionnés et son nombril géant, charme à tout coup, tandis que le chien grognon, plus bêta que méchant, fait sourire avec sa grosse truffe noire et son unique sourcil. La palette de couleurs a été judicieusement choisie pour une histoire aussi ensoleillée. En effet, la rivalité entre les deux protagonistes demeure toujours mignonne. La magie opère grâce à un mélange d’action, d’humour et de fantaisie dans un univers familier. Sylvie Desrosiers et Rémy Simard n’en sont décidément pas à leurs premiers tours. Marie-Michèle Plourde, enseignante au préscolaire 1 Basile et capitaine Mimi A Ashley Spires I Ashley Spires T Hélène Rioux S Les aventures de Basile E Scholastic, 2011, 64 pages, 7 à 10 ans, 9,99 $ Basile, le chat de l’espace, s’est encrouté dans sa routine et ne combat plus «les extraterrestres» (les insectes) qu’avec torpeur. Forcé de cohabiter temporairement avec une petite chatte que ses maitres hébergent en attendant de lui trouver un nouveau foyer, il s’aperçoit qu’elle est sa supérieure hiérarchique et qu’elle est venue évaluer ses compétences. Il devra reprendre du poil de la bête s’il souhaite passer le test.

Titre : Bandes dessinées
Revue : Lurelu, Volume 34, numéro 3, hiver 2012, p. 61-62
URI : http://id.erudit.org/iderudit/65588ac

Tous droits réservés © Association Lurelu, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2015