Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Lurelu

Volume 34, numéro 3, hiver 2012, p. 79-80

Direction : Daniel Sernine (directeur)

Rédaction : Manon Richer (rédactrice adjointe)

Éditeur : Association Lurelu

ISSN : 0705-6567 (imprimé)  1923-2330 (numérique)

lurelu1081565
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Abécédaires, encore et toujours!

Danièle Courchesne

Résumé | Extrait

En 1998, je vous avais invités à visiter les abécédaires. Je réitère mon invitation cette année car, depuis ce temps, l’abécédaire a beaucoup évolué. Il s’est diversifié et s’est adapté à toutes sortes de lecteurs. Ce n’est plus le privilège des petits que d’avoir le plaisir d’en feuilleter un. Ils sont maintenant disponibles pour tous. Poésie, humour, musique, tout devient prétexte à un abécédaire. Voici donc le corpus que je vous propose d’explorer. Commençons par le plus récent : Ma famille! L’abécédaire de la famille moderne, de Robert Soulières, ill. collectif (Soulières éditeur, 2011). Viennent ensuite les abécédaires de Martine Doyon : Montréal en photos et Québec en photos (Dominique et compagnie, 2010). En 2009, il y a eu Le dico de Tibo, de Gilles Tibo, ill. Philippe Béha (Soulières éditeur), L’abécédaire des anibêtes, de Robert Soulières, ill. Marjolaine Bonenfant (Les Heures bleues) et Wapiti, texte de Christiane Duchesne, musique de Paul Kunigis, illustrations de Geneviève Côté (La Montagne secrète). Et pour terminer, Le jour où Zoé zozota, texte et illustrations de Pierre Pratt (Les 400 coups, 2005). Comme sujets nous avons… Comme vous l’avez peut-être constaté lors de vos visites en librairie, les abécédaires se sont multipliés. De simples livres visant l’apprentissage de l’alphabet et ses sonorités, ils sont devenus des recueils de tout genre. Nous ne sommes plus en présence de la forme minimaliste de l’abécédaire, se résumant en un mot représenté par une image toute simple et où chaque page correspond à une lettre. Les différents auteurs du corpus présenté ici enrichissent cette structure de mille-et-une manières. On y trouve ainsi une grande variété de styles. Les textes peuvent être poétiques, ludiques, informatifs ou pseudo-informatifs. Si la forme demeure rigide, le contenu, lui, ne connait qu’une seule contrainte : le respect de la lettre abordée. Texte et illustrations éclatent ainsi dans toutes les directions. Dans le corpus présenté ici,...

Auteur : Danièle Courchesne
Titre : Abécédaires, encore et toujours!
Revue : Lurelu, Volume 34, numéro 3, hiver 2012, p. 79-80
URI : http://id.erudit.org/iderudit/65593ac

Tous droits réservés © Association Lurelu, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014