Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Moebius : écritures / littérature

Numéro 132, février 2012, p. 5-6

Passer l’hiver

Sous la direction de Lysanne Langevin

Direction : Lucie Bélanger (directrice), Nicole Décarie (directrice), Robert Giroux (directeur), Lysanne Langevin (directrice) et Raymond Martin (directeur)

Éditeur : Éditions Triptyque

ISSN : 0225-1582 (imprimé)  1920-9363 (numérique)

moebius1006620
 Suivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

 

PrésentationL’hiver de force

Lysanne Langevin

Résumé | Extrait

Présentation L’hiver de force Déjà dans les temps immémoriaux, les hommes tentèrent d’expliquer par le mythe l’engourdissement pas-sager des forces de vie et de reproduction de la nature. Dans la littérature mésopotamienne, chez les Sumériens, la descente d’Ishtar aux Enfers préfigure le personnage de Perséphone de la mythologie grecque. L’enlèvement de Perséphone par Hadès, dieu des morts qui règne sur le monde des Enfers, plonge sa mère, Déméter, déesse de l’agriculture, dans la désolation. Cette dernière, pour ce fait, provoque la stérilité de la terre et le retard des cultures. Zeus trouvera un compromis en ordon-nant à Hadès de restituer Perséphone à sa mère durant huit mois de l’année et la terre se couvrira alors d’épis de blé et les arbres de feuilles... Le mythe, selon Lévi-Strauss, cherche à rendre compte de l’origine des choses, des êtres et du monde, du présent et de l’avenir. Son rôle explicatif de l’ordre cosmologique, météorologique, saisonnier, voire social, permet de combiner des problèmes différents et de fournir une réponse unique. Métaphore de la mort et de la renaissance pour tout judéo-chrétien, mort des idées ou période de dormance, de réflexion ? Autant d’images suscitées par cette quatrième saison, fin d’un cycle et annonciatrice d’un nouveau. L’hiver au Québec, comment le passer, le dépasser ? La succession des saisons et des jours est inéluctable. Et pourtant... Est-ce parce qu’il tentait de briser le mur de glace ou celui du silence ? Ce numéro abordant l’hiver a pris du temps à émerger. La relation d’amour...… et de haine que les Québécois lui vouent, son impopularité peut-être, ont nécessité une dilatation du temps pour sa préparation. Et c’est après une longue hibernation...…lors du Printemps arabe, qu’il a enfin pris forme alors que le parfum de jasmin se diffusait outre-frontières. Au-delà des préjugés, des clichés, et des idées toutes faites, ce numéro a tenté d’explorer notre relation ambiguë avec cet hiver emblématique...

Auteur : Lysanne Langevin
Titre : Présentation : l’hiver de force
Revue : Moebius : écritures / littérature, Numéro 132, février 2012, p. 5-6
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66006ac

Tous droits réservés © Éditions Triptyque, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014