Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Moebius : écritures / littérature

Numéro 129, avril 2011, p. 17-22

Le nu

Sous la direction de Jean-Simon DesRochers

Direction : Lucie Bélanger (directrice), Nicole Décarie (directrice), Robert Giroux (directeur), Lysanne Langevin (directrice) et Raymond Martin (directeur)

Éditeur : Éditions Triptyque

ISSN : 0225-1582 (imprimé)  1920-9363 (numérique)

moebius1006620
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Exposition

Kateri Lemmens

Résumé | Extrait

Kateri Lemmens Exposition Pour donner à voir la nudité, il ne suffit pas de montrer un corps sans vêtements. Il faut […] rendre présent l’acte où il s’expose. Il y a donc quelque chose d’oblique toujours dans un nu qui n’est pas académique. J.-L. Chrétien1 Mon majeur s’est arrêté net sur le trackpad. Preview. Seamus Hevesy. Notebook VIII. Envoy. D’un serrement, mon coeur a cessé de battre. Quand le courriel s’est ouvert, j’ai vu la photo. Moi, il y a dix ans, noir et blanc. Une petite frappe fuckée assise sur une chaise, t’ouvrant grand les cuisses, écartant les lèvres lisses de son sexe du bout des doigts. Je suis tellement à poil que je ne porte même pas de maquillage. J’ai les cheveux en bataille, la tête tournée vers la gauche, de sorte que la photo, qui ne dévoile que mon profil, ne me ressemble pas tout à fait. Les lignes dures de l’arête de mon nez, les signes visibles de la moitié de sang néerlandais qui bat dans mes veines. Mon visage est contracté par la montée du plaisir. La tête d’une autre. En revanche, on peut voir le début du grand tatouage stellaire qui couvre mon épaule de la clavicule à l’omoplate droite. Un détail cartographique du ciel, le corbeau et ses étoiles : Al Chiba, Kraz, Gienah, Algorab, Minkar, Mira, Djenah, Avis Satyra. Et d’un gris qui a un jour été parfait, en surimpression, un corbeau stylisé à la manière des Haïdas de BC. Le résultat un peu brut, mais unique du dessin que j’avais fait. La boule de glace noire a implosé dans mon ventre. Dans la maison, d’un coup, il a fait – 30° C, je me suis mise à grelotter. J’ai eu envie de vomir, de fumer un joint, de vider la bouteille de Bowmore. Le corps frappé, battu, vidé, sali, je suis restée longtemps sans bouger. C’était une photo de la fin. La vieille envie de me pendre est revenue. J’ai regardé le cordon d’alimentation de mon ordi, la poi-gnée de porte. J’ai éclaté de rire. J’imagine que ça devait arriver. L’art n’est pas autre chose que ce que nous sommes dans la vie,...

Auteur : Kateri Lemmens
Titre : Exposition
Revue : Moebius : écritures / littérature, Numéro 129, avril 2011, p. 17-22
URI : http://id.erudit.org/iderudit/64550ac

Tous droits réservés © Éditions Triptyque, 2011

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014