Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Moebius : écritures / littérature

Numéro 129, avril 2011, p. 147-148

Le nu

Sous la direction de Jean-Simon DesRochers

Direction : Lucie Bélanger (directrice), Nicole Décarie (directrice), Robert Giroux (directeur), Lysanne Langevin (directrice) et Raymond Martin (directeur)

Éditeur : Éditions Triptyque

ISSN : 0225-1582 (imprimé)  1920-9363 (numérique)

moebius1006620
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

[Poèmes]

Alexandre Faustino

Résumé | Extrait

Alexandre Faustino Descendre aux brûlures fabuleuses des nuits interdites de l’oeil chromatique tu regardes tes mains traîner sur des sols amers tes mains coulées à leurs bras aux haines domestiques comme un monstre fasciné elle s’allonge par terre MONTRÉAL, 1996 Martine se tord c’est Noël et il ne neige pas je l’embrasse furtivement empoignant sa bague qui traîne je sors en espérant qu’elle ne me déteste pas surtout sa grand-mère Les maudits se promènent valsent sur des peintures américaines où se brisent des bateaux de solitude des filles qui braillent sur un après-midi de Val-d’Or des rires verdâtres aux accents détectives bougez vos fesses enfers de femmes gros marsouins gigoteux chair certaine sur le ballet des eaux s’unir en un coït nerveux et spatial mes dents s’échouaient alors sur le dos de folles et de cauchemars belles comme des conifères en feu La rage édentée d’oiseaux crieurs et les fleurs molles parmi les botaniques de vulves incertaines aux parois exagérées les pavés qui explosent en des centres extraordinaires de foudre aux succions raides le corps chargé de ses batailles d’heures ventouses les vendredis brisés de reins délicats de pétales au goût de lames de petites viandes mauves laissées sur le seuil du matin Dame Nature tout écartillée par-dessus la vie le soleil bat dans mes...

Auteur : Alexandre Faustino
Titre : [Poèmes]
Revue : Moebius : écritures / littérature, Numéro 129, avril 2011, p. 147-148
URI : http://id.erudit.org/iderudit/64574ac

Tous droits réservés © Éditions Triptyque, 2011

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014