Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Moebius : écritures / littérature

Numéro 130, septembre 2011, p. 41-46

Réinventer le 11 septembre

Sous la direction de Annie Dulong et Alice van der Klei

Direction : Lucie Bélanger (directrice), Nicole Décarie (directrice), Robert Giroux (directeur), Lysanne Langevin (directrice) et Raymond Martin (directeur)

Éditeur : Éditions Triptyque

ISSN : 0225-1582 (imprimé)  1920-9363 (numérique)

moebius1006620
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Step by Step

Jérémie Leduc-Leblanc

Résumé | Extrait

Jérémie Leduc-Leblanc Step by Step Il était déjà trop tard. Beaucoup trop tard pour faire marche arrière. Surprise, je reculai alors d’un pas. Puis, après un bref moment d’hésitation qui sembla ne jamais vouloir s’achever, je reculai d’un deuxième et d’un troisième pas. Les secondes défilaient à toute allure même si le temps, de son côté, semblait figé en une sorte d’immobilité sourde. Mes yeux dans ses yeux, je contemplai les traits réguliers de son jeune visage, ses pommettes saillantes, couvertes d’un fin duvet de poils roux, et son nez aquilin. Le silence des moteurs à réaction m’étonna et, mon bras enroulé autour du sien comme le bras d’une vieille dame qu’on aide à traverser une intersection, je vacillai légèrement. Quand je posai enfin une main sur ma gorge, je l’entendis murmurer un faible « je suis désolé, je suis désolé » en secouant la tête de gauche à droite. Sa voix, étrangement lointaine, presque suave, et sa main lorsqu’il effleura ma joue, la douceur de cette main frêle et chaude me fit chavirer. Extrêmement lentement, je fermai les yeux. Je suis morte et je n’ai rien ressenti au moment où j’aurais dû sentir la vie m’abandonner. Quelques secondes plus tôt, je déambulais encore dans l’allée centrale de l’avion en offrant des boissons hypocaloriques et des snacks à des voyageurs à moitié endormis. Petits sachets de noix de cajou ou de raisins secs pour les uns et café filtre, au goût de jus de chaussette, servis dans des gobelets jetables de styrofoam blanc, pour les autres. Un autre de ces vols monotones et frustrants, comme le sont généralement les vols intérieurs – et plus particulièrement les vols reliant la côte Est à la côte Ouest –, était à prévoir. Sourire à tous ces imbéciles en complet-cravate, les yeux rivés sur des mobiles qu’ils ne prennent plus la peine d’éteindre malgré les consignes du bureau de la sécurité dans les transports, devenait de plus en plus lassant. Et toutes ces femmes qui tournent autour de Spencer en minaudant. Un...

Auteur : Jérémie Leduc-Leblanc
Titre : Step by Step
Revue : Moebius : écritures / littérature, Numéro 130, septembre 2011, p. 41-46
URI : http://id.erudit.org/iderudit/64956ac

Tous droits réservés © Éditions Triptyque, 2011

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014