Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Moebius : écritures / littérature

Numéro 131, novembre 2011, p. 27-28

La volupté

Sous la direction de Danielle Dussault et Jean Pierre Girard

Direction : Lucie Bélanger (directrice), Robert Giroux (directeur), Lysanne Langevin (directrice), Nicole Décarie (directrice) et Raymond Martin (directeur)

Éditeur : Éditions Triptyque

ISSN : 0225-1582 (imprimé)  1920-9363 (numérique)

moebius1006620
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Voluptas

Guy Marchamps

Résumé | Extrait

Guy Marchamps Voluptas Et qui n’a pas éprouvé le besoin de se ramasser, De se taire pour rompre le cercle magique des reflets ? Lorand Gaspar Je voulais écrire un poème sur la volupté Mais cela n’est pas venu Tant de questions m’ont envahi D’un seul corps On dit un mot Et soudain une déflagration Nous surprend au milieu de notre rêverie On pense à la volupté d’un volcan À ses languissantes traînées de feu sur ses flancs Mais nous vient aussi à l’esprit Cette femme d’une autre époque Christine de Pisan Qui vécut de sa plume pour faire vivre ses enfants Et qui, la première, emprunta le mot volupté au latin Alors on se dit Comme dans la chanson Dor de maître Georges : « Qu’est-ce qu’on est venus faire ici ? » Et on cherche les mots Pour disparaître silencieusement On veut mourir dans les bras de l’amante On rêve de ce poème trou noir si puissant Qu’il se ravalerait lui-même Dans un gigantesque ciel inconnu Là où la gueule difforme de Baudelaire crache encore Des « Oh crénom ! Oh crénom ! » Là où Celan est devenu l’étoile jaune la plus brillante De sa galaxie Je rêve que je se tait Et qu’une grande volupté m’envahit Corps et âme Oui, posséder la vérité dans une âme et un corps Comme il est difficile dans l’âpreté des mots De dire cela qui d’instant en instant se cache Dans les volutes du vent à peine devinées Je ne parlerai de rien...

Auteur : Guy Marchamps
Titre : Voluptas
Revue : Moebius : écritures / littérature, Numéro 131, novembre 2011, p. 27-28
URI : http://id.erudit.org/iderudit/65456ac

Tous droits réservés © Éditions Triptyque, 2011

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014