Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Moebius : écritures / littérature

Numéro 131, novembre 2011, p. 61-64

La volupté

Sous la direction de Danielle Dussault et Jean Pierre Girard

Direction : Lucie Bélanger (directrice), Robert Giroux (directeur), Lysanne Langevin (directrice), Nicole Décarie (directrice) et Raymond Martin (directeur)

Éditeur : Éditions Triptyque

ISSN : 0225-1582 (imprimé)  1920-9363 (numérique)

moebius1006620
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Il gelato al limone

Linda Amyot

Résumé | Extrait

Linda Amyot Il gelato al limone Les mains dans les poches, le dos appuyé au mur de la maison, il attend. L’autobus ne repartira pas avant plusieurs minutes. Au café d’en face, le chauffeur avale son espresso en jetant des coups d’oeil dans leur direction. Une goutte de sueur coule lentement sur sa tempe. Là, au bout de la mer, se dessinent des traces violettes ; il fera nuit bientôt, mais la chaleur ne tombe pas. Devant lui, les portes centrales de l’autobus sont restées ouvertes sur les passagers, venus de l’autre bout de la ville, qui attendent eux aussi le retour du chauffeur. Il ne parle pas, refuse d’un signe de tête la cigarette que lui offre Ettore. Les yeux fixés sur la femme assise à l’intérieur, il ne voit que cela : la courbe d’un genou, l’angle d’un bras replié, une main blanche qui retient de lourds cheveux noirs. Elle a fermé les yeux et, d’un geste lent, a renversé la tête contre le métal froid de la fenêtre ouverte. Le vent de l’Adriatique, tiède et sucré, effleure sa joue, caresse sa nuque et son épaule nues. Voilà tout ce dont elle a envie : une brise marine dans la chaleur de la nuit italienne. Ce matin, la femme était descendue de l’autobus en même temps que lui. C’était la première fois qu’il la voyait. Tandis qu’il allait rejoindre ses camarades assis sur les marches devant le collège, elle s’était dirigée vers la cathédrale. Au début de l’après-midi, il l’avait aperçue à la terrasse d’une trattoria. Elle avait enlevé ses lunettes noires et tenait un livre ouvert qu’elle ne lisait pas. Elle observait les gens et les choses autour d’elle. Un instant, son regard avait croisé le sien. Elle ressemblait à… Mais non, impossible. La femme n’était pas d’ici, il en était sûr. Il avait détourné les yeux, intimidé. Ettore se serait moqué. Mais Ettore était allé traîner sur la plage avec Laura. Ou Chiara. Il ne savait plus. Quelques personnes montent dans l’autobus, lancent un coup d’oeil vers l’inconnue. Elle ne bouge pas, les yeux toujours fermés....

Auteur : Linda Amyot
Titre : Il gelato al limone
Revue : Moebius : écritures / littérature, Numéro 131, novembre 2011, p. 61-64
URI : http://id.erudit.org/iderudit/65463ac

Tous droits réservés © Éditions Triptyque, 2011

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014