Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 166, été 2012, p. 31-33

Littérature et journalisme

Sous la direction de Maude Couture

Littératie médiatique et enseignement du français

Sous la direction de Réal Bergeron et Marie-Christine Beaudry

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Vincent C. Lambert (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Pourquoi enseigner le discours journalistique au collégial ?Entrevue avec François Marcotte

Propos recueillis par

Isabelle L’Italien-Savard

Résumé | Extrait

La thématique du dossier de ce numéro, « Journalisme et littérature », convenait tout à fait, me semblait-il, à mon collègue François Marcotte, qui se proposait d’orienter son cours, cette session-ci, autour du journal. J’ai bien sûr sollicité une contribution au dossier sur son expérience, déclinée par manque de temps vu l’ampleur que prenait la préparation du cours. Pourtant, je n’ai pu faire autrement que de réitérer ma demande en voyant les travaux de fin de session sur son bureau : des journaux créés par les étudiants, de véritables oeuvres d’art. Cette fois, pour éviter le refus, et comme la date de tombée était déjà passée, j’ai proposé un article sous forme d’entretien… qu’il a accepté. D’abord, pourquoi avoir choisi d’enseigner le discours journalistique ou médiatique et de quelle façon l’as-tu intégré au programme d’enseignement du français au collégial ? Lire le journal est une activité quotidienne plutôt banale, du moins pour certains. Or ce geste machinal, bien qu’il ponctue l’inanité d’une vie trop souvent programmée et bien huilée, peut se transformer en une activité passionnante. Tourner les pages d’un quotidien nous permet, d’une part, de mieux participer à la vie démocratique et, d’autre part, de fréquenter des textes bien différents, car « les textes journalistiques ne sont pas de même nature et ne remplissent pas les mêmes fonctions1. » Cette double valeur, celle d’interpeller l’étudiant « citoyen » et celle, plus pédagogique, d’analyser une grande diversité de textes, explique, très certainement, mon intérêt à enseigner à des cégépiens l’art de bien lire le journal, une activité trop souvent ignorée dans le cadre des cours de français au niveau collégial. Cela étant dit, lire le journal serait en soi une activité plutôt insipide, selon la pédagogie « moderne », si elle n’était accompagnée de deux autres volets, plus « actifs » disons, soit écrire un journal et produire un journal télévisé. Par ailleurs, en ce qui a trait à l’intégration du...

Auteur : Isabelle L’Italien-Savard
Titre : Pourquoi enseigner le discours journalistique au collégial ? entrevue avec François Marcotte
Revue : Québec français, Numéro 166, été 2012, p. 31-33
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67261ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014