Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 166, été 2012, p. 40-41

Littérature et journalisme

Sous la direction de Maude Couture

Littératie médiatique et enseignement du français

Sous la direction de Réal Bergeron et Marie-Christine Beaudry

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Vincent C. Lambert (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Culture populaire et littératie médiatique multimodale

Monique Lebrun

Professeure honoraire, Université du Québec à Montréal

Lebrun-brossard.monique@uqam.ca

Résumé | Extrait

Culture populaire et littératie médiatique multimodale par Monique Lebrun* Qu’il le veuille ou non, tout enseignant, et à plus forte raison l’enseignant de français, devrait se sentir concerné par la culture populaire des jeunes. Sous le concept de culture populaire, on regroupe les émissions de télévision, les films à effets spéciaux, une certaine musique, les revues grand public, les bandes dessinées, la mode, les jeux vidéo et, enfin, Internet (sur divers supports), qui portent des coutumes et valeurs marquant fortement le style de vie des jeunes, car elles sont facilement accessibles partout et acceptées par tous. Un tournant à prendre On sait actuellement peu de choses sur les diverses facettes de la culture populaire en lien avec les pratiques culturelles des jeunes. On peut mentionner, par exemple, les travaux de Boily et ses collaborateurs1 et l’enquête du MCCCF2. Ces chercheurs font ressortir le fait qu’on ne peut définir l’identité culturelle et sociale des jeunes d’aujourd’hui sans parler de la culture populaire à laquelle ils adhèrent. Au Québec, les enseignants sont conscients que beaucoup d’éléments de la culture populaire sont présents dans les produits culturels que consomment les jeunes. Toutefois, ces produits (on pense ici aux jeux vidéo, à un certain cinéma « jeune », à la chanson) n’ont pas encore trouvé une place suffisante à l’école. Ils n’en façonnent pas moins les attitudes et croyances des jeunes. L’école doit donc se « brancher » davantage sur la culture médiatique des jeunes et les aider à aller plus loin que le plaisir immédiat qu’ils en ressentent. Il faut produire des consommateurs critiques. L’enseignant efficace ne peut plus se contenter d’imposer les valeurs et les normes de la culture officielle. Il ne doit pas craindre l’engagement émotionnel des jeunes, ce mélange de sérieux et de ludique qui les séduit. En écriture créative, il faudrait permettre aux élèves de parler de leurs héros issus de la culture populaire....

Auteur : Monique Lebrun
Titre : Culture populaire et littératie médiatique multimodale
Revue : Québec français, Numéro 166, été 2012, p. 40-41
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67264ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014