Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 166, été 2012, p. 88-91

Littérature et journalisme

Sous la direction de Maude Couture

Littératie médiatique et enseignement du français

Sous la direction de Réal Bergeron et Marie-Christine Beaudry

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Vincent C. Lambert (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Action et réflexion

Isabelle L’Italien-Savard

Professeure de littérature, Cégep Limoilou

Résumé | Extrait

Littérature jeunesse Action et réflexion par Isabelle L’Italien-savard* Préscolaire – En quête d’amis Maman Solo, un album écrit par Paule Brière et illustré par Gabrielle Grimard, aborde, de façon originale et avec beaucoup de retenue, le thème des enfants qui vivent avec un seul parent. L’histoire de la petite Malou n’est pourtant pas triste et, avec la poésie qui l’enveloppe, tant dans le texte que dans les images, cette « drôle de vie » prend même, ici, des teintes artistiques. C’est que la maman de Malou est soliste dans un orchestre classique. Ses concerts la portent d’une ville à l’autre, où mère et fille s’adonnent à une routine bien à elles. Cette vie à part est toutefois transformée par un spectacle de cirque où un funambule, soliste lui aussi, séduit le coeur de la jeune maman. Malou trouvera alors, avec les enfants de ce nouvel amoureux, les amis qui lui manquaient pour être tout à fait heureuse. Tout en douceur et en tendresse, le texte, comme les illustrations, mettent l’accent sur le confort et les saveurs qu’apporte l’amour, et le bonheur de pouvoir le partager. Si l’on préfère s’amuser, l’album Lapinokio promet de conquérir les tout-petits avec une histoire inspirée de celle de Pinocchio, mais en plus drôle. Lili Chartrand a en effet imaginé l’alter ego du célèbre héros dans un lapin en peluche qui rêve de devenir un vrai lapin pour rejoindre les animaux de la ferme qu’il voit de sa fenêtre. Malgré les injonctions de la fée Doudou, qui lui rappelle que ses oreilles s’allongeront au gré de ses bêtises, Lapinokio, porté par son enthousiasme, multiplie les gaffes auprès de ses nouveaux camarades. Heureusement, son ingéniosité l’aidera à s’amender et à se faire accepter parmi les animaux, ce qui lui permet d’être promu « vrai lapin ». Le classique est ici revisité avec un dynamisme irrésistible : l’aventure de Lapinokio est racontée avec des motifs répétitifs, qu’affectionnent les enfants, et illustrée avec drôlerie par les dessins colorés de PisHier. On s’amuse… tout en se rappelant qu’il faut modérer ses ardeurs pour apprivoiser ses amis. 6-8 ans – Héros d’été Dans la collection « M’as-tu lu ? » des éditions Boomerang, toujours très colorée, le jeune Célestin, qui aime se prendre pour Super Sky avec sa cape et ses missions héroïques, est inscrit à une colonie de vacances faite sur mesure pour lui : « Le camp des apprentis superhéros ». Il y rencontre de nouveaux amis, tous des héros qui doivent apprendre à maîtriser leurs pouvoirs. Même si Célestin ne sait pas encore très bien quel est son pouvoir, il utilisera toute son énergie et ses talents pour sauver ses amis d’une mésaventure. Sur un cadre réaliste, cette histoire fantaisiste écrite par Diane Groulx et illustrée par Jean Morin se lit facilement pour donner un beau petit moment d’été aux héros désoeuvrés. Dans la série « Simon », d’Andrée-Anne Gratton, le héros fait une petite virée à Québec avec ses parents. S’il a très envie de découvrir les charmes de la ville, Simon voit surtout la piscine de l’hôtel comme le principal attrait de ce voyage. Mais de « grands cornichons » séjournant au même endroit l’embêtent et se moquent de lui, ce qui gâche les heures de plaisir qu’il se promettait. Timide et effrayé, Simon tente tant bien que mal de cacher ses problèmes à ses parents, mais l’intimidation des grands devient si insistante qu’il n’a d’autre choix que de révéler ses malheurs. Les cornichons, dont le jeu est découvert, se verront vertement réprimandés. Petite leçon : il faut dénoncer l’intimidation,… même en voyage. 10 ans et plus – La veuve et l’orphelin Les amateurs de polar trouveront leur compte avec le roman Meurtre à distance de Susanne Julien, que les éditions Pierre Tisseyre rééditent après plus de vingt ans.

Auteur : Isabelle L’Italien-Savard
Titre : Action et réflexion
Revue : Québec français, Numéro 166, été 2012, p. 88-91
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67282ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016