Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 166, été 2012, p. 94-95

Littérature et journalisme

Sous la direction de Maude Couture

Littératie médiatique et enseignement du français

Sous la direction de Réal Bergeron et Marie-Christine Beaudry

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Vincent C. Lambert (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< Précédent 

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Les nombrils de Maryse Dubuc

Maryse Lévesque

Conseillère pédagogique à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île

Résumé | Extrait

fiche de lecture jeunesse / 3e cycle du primaire Les nombrils de Maryse Dubuc Par Maryse Lévesque* La bande dessinée est un genre très apprécié des jeunes et des adolescents. Il est donc doublement intéressant de trouver une thématique riche dans ce genre très prisé. La série Les nombrils raconte l’histoire de trois amies du secondaire qui vivent des événements très près de ce que vivent les jeunes aujourd’hui. Ce qui captive à propos de cette BD, c’est le rapport de force qui s’exerce entre les trois jeunes filles. On se demande parfois qui est à la merci de qui et laquelle est la plus vulnérable ! Les personnages Jenny et Vicky sont deux filles super sexy et très populaires. Tous les garçons se retournent sur leur passage. Jenny est le cerveau, Vicky est le mouton. Leur plus grande obsession : John John, un garçon de l’école qui possède une moto. Toute leur vie tourne autour de lui jusqu’à ce que Dan s’intéresse à Karine ! Karine est la troisième fille du trio ; c’est le souffre-douleur, le faire-valoir, l’esclave. Les deux autres lui font faire tout ce qu’elles veulent… et ne veulent pas. Elles connaissent très bien l’influence qu’elles exercent sur Karine et elles seraient prêtes à tout pour maintenir cette domination sur celle-ci. Entre elles, elles se disent qu’elles conservent l’amitié de Karine simplement pour se faire un capital de sympathie et ne pas perdre contact avec le « vrai monde ». En fait, elles conservent cette amitié parce qu’elles savent très bien que sans Karine, elles ne seraient pas grand-chose. Karine, quant à elle, est une fille ordinaire avec une tête sur les épaules. Elles a plusieurs amis garçons qui la considèrent plus comme une soeur que comme une potentielle petite amie. D’ailleurs, dès qu’elle s’intéresse un peu trop à un garçon, Jenny et Vicky sont toujours là pour empêcher qu’un rapprochement ne se produise. Elle finira par rencontrer Dan et l’embrasser, ce qui nous laisse supposer qu’ils sortiront ensemble dans le prochain...

Auteur : Maryse Lévesque
Titre : Les nombrils de Maryse Dubuc
Revue : Québec français, Numéro 166, été 2012, p. 94-95
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67284ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014