Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 167, automne 2012, p. 1

La science-fiction d’Isaac Asimov

Sous la direction de Claude Janelle

Enseignement et diversité culturelle

Sous la direction de Simon Collin et Maryse Lévesque

Direction : Isabelle L'Italien-Savard (directrice)

Rédaction : Vincent C. Lambert (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Martine Brunet (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
 Suivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

 

Nouvelle continuité

Isabelle L'Italien-Savard

Directrice

Résumé | Extrait

Éditorial Un numéro sous le signe du politique. Il s’agit bien sûr d’une question qui, depuis des années, parcourt de façon plus ou moins diagonale bon nombre de textes publiés dans nos pages. C’est qu’il nous importe de déceler, bien souvent sous la surface, ce que les films qui sont réalisés aujourd’hui ont à dire de notre époque, et cela, même dans leur difficulté /incapacité /peur de l’affronter. Mais devant l’ampleur et la force de la grève étudiante qui a soulevé le Québec ce printemps, transformée après l’adoption du projet de loi 78 en mouvement de contestation populaire, il allait de soi que nous devions faire écho à ce qui, sous nos yeux, cherche à prendre forme en faisant apparaître de façon plus précise comment le cinéma actuel parle politiquement (ou non) du monde. Ces différents « visages du politique au cinéma » que présente notre dossier mettent en évidence certaines questions fondamentales qui se recoupent parfois d’un texte à l’autre : D’où filme-t-on lorsqu’il s’agit de dévoiler les rouages du pouvoir, et quels sont ces lieux d’où ont choisi de filmer Durringer, Schoeller et Cavalier dans leur plus récente réalisation (p. 7) ? ; Quel monde filmer et pour quel spectateur alors que disparaît sous la poussée morbide de l’« immonde » ce qui reste d’expérience sensible, vivante, mouvante ? ; Comment faire obstacle à cette force destructrice en faisant « entrer le monde dans les films », questions fondamentalement politiques d’un devenir commun (et de l’art avenir) que se pose le cinéaste Nicolas Klotz (p. 10) ? ; Quel rapport entretient-on avec les images qui s’insinuent dans notre rapport au monde, et comment la critique peut-elle s’employer à créer, au côté des artistes, un lieu de résistance contre la guerre (toute politique) qui, de partout, est livrée au regard et à la pensée (p. 14) ? Toutes ces interrogations rejoignent également les préoccupations soulevées par Nicole Brenez, qui s’intéresse ici aux vidéastes arabes des années 2000 (p. 23)...

Auteur : Isabelle L'Italien-Savard
Titre : Nouvelle continuité
Revue : Québec français, Numéro 167, automne 2012, p. 1
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67698ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014