Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 167, automne 2012, p. 78-79

La science-fiction d’Isaac Asimov

Sous la direction de Claude Janelle

Enseignement et diversité culturelle

Sous la direction de Simon Collin et Maryse Lévesque

Direction : Isabelle L'Italien-Savard (directrice)

Rédaction : Vincent C. Lambert (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Martine Brunet (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

L’urgent désir de chanter

Denys Lelièvre

Résumé | Extrait

L’oeuvre d’Isaac Asimov nous met en garde contre l’emprise de la technologie sur l’Homme, mais aussi contre la pensée unique et le spectre de la censure. Par bonheur, les créateurs du XXIe siècle cherchent encore à exprimer ce qui fait notre humanité. Les artistes de la chanson communiquent de profondes émotions, font en sorte que les nouvelles textures sonores de leurs oeuvres conservent de la chaleur, ne sont pas réticents à se rattacher à la tradition. Les disques regroupés ici permettent de poursuivre le dialogue entre la France et le Québec sur des airs, entre autres, de manouche, de bal musette, de blues et de rap. chanson L’urgent désir de chanter Par Denys Lelièvre* 7 Geneviève Paris GP, 2012 Il y a longtemps que Geneviève Paris nous avait offert de nouvelles chansons. L’artiste occupe une place très personnelle dans l’histoire de la chanson québécoise. Nous avons en mémoire la voix, la guitare, un chant traversé par le blues, des propos qui dénoncent les stéréotypes amoureux, de très beaux disques réalisés avec le réalisateur artistique Marc Pérusse. Avec l’album 7, elle effectue un retour sur sa vie : l’amour, la chanson, l’individualisme des gens, l’enfant qu’elle n’a pas eu. Plusieurs chansons forment la chronique d’un deuil amoureux. « Ce soir-là » aborde le déchirement de manière plus directe : « Ce soir-là ° Dans le silence de la nuit ° Ta bouche formait des mots ° Comme des bulles explosant dans l’air ° Des mots comme des coups de tonnerre ». « T’étais où » exprime un profond désarroi avec encore plus de poésie : « T’étais où, t’étais où, dis ° Quand elles m’ont montré ° Ma vie à l’envers ° Mes belles geôlières ° Les ombres ». La louve solitaire qu’est Paris reste fidèle à la musique et affirme son désir de toujours chanter : « C’est ainsi que je parle ° Quand il n’y a plus de mots ° J’ai toujours eu l’intuition ° D’une beauté infinie ° Que jamais je n’atteins ° Mais que je frôle sans cesse » (« Pourquoi je chante encore »). Urban...

Auteur : Denys Lelièvre
Titre : L’urgent désir de chanter
Revue : Québec français, Numéro 167, automne 2012, p. 78-79
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67722ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014