Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 167, automne 2012, p. 80-82

La science-fiction d’Isaac Asimov

Sous la direction de Claude Janelle

Enseignement et diversité culturelle

Sous la direction de Simon Collin et Maryse Lévesque

Direction : Isabelle L'Italien-Savard (directrice)

Rédaction : Vincent C. Lambert (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Martine Brunet (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Tours de magie, tours de Babel

Steve Laflamme

Professeur de littérature, Cégep de Sainte-Foy

Résumé | Extrait

Il faut rendre manifeste ce qui est caché, et occulte ce qui est manifeste. En cela seul consiste l’oeuvre des sages. (Bernard Le Trevisan, Le texte d’alchimie) fantastique Tours de magie, tours de Babel Par Steve Laflamme* «En littérature, l’occultisme est le plus humain des thèmes fantastiques1 », déclarent Goimard et Stragliati dans leur Grande anthologie du fantastique. « Il [le fantastique] ne fait pas appel (ou fort peu) à des personnages venus de l’au-delà ; toute l’histoire tourne autour d’un être humain allié de l’au-delà2 ». À la base, l’occultisme concerne en effet les tentatives de l’homme de devenir Dieu, d’accéder à la toute puissance de la démiurgie. De tous temps, l’Homme aura souhaité sa tour de Babel, aura convoité l’inaccessible pouvoir – velléités bien proches de celles de Satan : « Je monterai aux cieux, j’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu […] Je monterai sur les hauteurs des nues, je serai semblable au Très-Haut3 ». Il n’est pas étonnant que l’occultisme trouve aussi facilement sa niche dans le fantastique : le personnage qui s’y adonne se situe « au point de jonction entre l’univers naturel et l’univers surnaturel, entre l’apparent et le caché. Son domaine d’élection, c’est la cassure entre les deux moitiés du symbole ; il est assis entre deux chaises4 ». Est-il besoin de rappeler ici que le plaisir de l’oeuvre fantastique consiste à jouer précisément sur le brouillage de la démarcation entre vrai et faux, entre réel et imaginaire. Un peu d’histoire… On pense à l’occultisme et on s’imagine d’emblée le XIXe siècle. Or cette « discipline », cet intérêt particulier pour « les forces mystérieuses du cosmos et de l’Homme5 » remonte au IIIe siècle avant Jésus-Christ. On trouve, parmi les grands personnages associés à l’occultisme, Marie la Juive (IIIe siècle), le docteur Faust (XVIe siècle), Nostradamus (XVIe siècle) et Aleister Crowley (XXe siècle). Le premier auteur occulte de renom est Bôlos de Mendès, un Égyptien qui vécut...

Auteur : Steve Laflamme
Titre : Tours de magie, tours de Babel
Revue : Québec français, Numéro 167, automne 2012, p. 80-82
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67723ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014