Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 164, hiver 2012, p. 73-76

L’actualité du mythe

Sous la direction de Vincent C. Lambert

Comprendre des textes à l’oral et à l’écrit

Sous la direction de Christian Dumais et Réal Bergeron

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Isabelle L'Italien-Savard (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Geneviève Ouellet (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

 

Je parle et ils écoutent, mais comprennent-ils ?

Raymond Nolin

Étudiant à la maîtrise en éducation à l’Université du Québec à Montréal

Enseignant au primaire à la Commission scolaire de Montréal

Résumé | Extrait

Je parle et ils écoutent, mais comprennent-ils ? par Raymond Nolin * En tant qu’enseignant, j’ai souhaité travailler la compréhension orale et plus précisément les stratégies d’écoute après avoir observé, chez mes élèves de cinquième année du primaire, plusieurs difficultés à mettre en pratique des stratégies d’écoute lors de différentes situations en classe. Pour qu’ils y arrivent, une démarche d’enseignement explicite des stratégies d’écoute a été utilisée (voir l’article de Christian Dumais dans ce numéro) et un référentiel pour la stratégie d’écoute enseignée a été développé. De plus, le Guide d’enseignement efficace en matière de littératie de la 4e à la 6e année du ministère de l’Éducation de l’Ontario1 a été d’une très grande aide. Pour créer le référentiel, il a été nécessaire de répondre aux quatre questions suivantes : « Quoi ? », qui permet de définir la stratégie à enseigner ; « Pourquoi ? », qui permet d’expliquer l’utilité de la stratégie par un questionnement ; « Comment ? », qui permet d’expliquer la démarche à utiliser pour appliquer la stratégie et « Quand ? », qui permet de préciser le moment où cette stratégie peut être utilisée. Pour déterminer quelle stratégie d’écoute enseigner à mes élèves, il m’a suffi d’observer ces derniers dans les activités quotidiennes de la classe. J’ai rapidement pu me rendre compte qu’ils ont énormément de difficulté à retenir le contenu d’un message entendu. J’ai donc décidé de travailler la stratégie d’écoute Prendre des notes, une stratégie efficace pour aider les élèves à retenir l’ensemble d’un message. Liens avec le Programme de formation de l’école québécoise2 Domaine général de formation Vivre-ensemble et citoyenneté Autre compétence Savoir communiquer Compétence disciplinaire en français Communiquer oralement Composante de la compétence • Utiliser les stratégies et les connaissances requises par la situation de communication • Partager ses propos durant une situation d’interaction Intention pédagogique Enseignement explicite et mise en pratique de la stratégie d’écoute Prendre des notes Durée approximative Sept segments de 20 minutes Matériel • Audioguides de la ville de Québec disponibles en ligne gratuitement et constitués de six courts extraits3 • Tableau blanc interactif (peut être remplacé par un grand carton) pour écrire le référentiel Démarche didactique utilisée Pour effectuer un enseignement explicite de la stratégie d’écoute Prendre des notes, j’ai suivi la démarche didactique ci-dessous. Elle est présentée étape par étape, comme cela s’est déroulé en classe. Les extraits écoutés ont été choisis en fonction d’un projet de classe en univers social au cours duquel les élèves ont visité la ville de Québec. Ainsi, l’écoute des audioguides de la ville de Québec a permis aux élèves d’en apprendre davantage sur certains lieux et personnages qui ont marqué cette ville. Cela leur a également permis de réinvestir des apprentissages réalisés pendant l’année scolaire en univers social. L’enseignant présente d’abord la notion à travailler, afin de clarifier l’intention d’écoute. Par la suite, il y a une mise en situation durant laquelle les élèves sont appelés à observer deux prises de notes : une première qui constitue un contre-exemple, puis une deuxième qui présente un exemple. Ensuite, l’enseignant procède à l’état des connaissances des élèves. Dans mon cas, il s’agit de les questionner afin de leur faire observer les caractéristiques d’une bonne et d’une mauvaise prise de notes. Par la suite, l’enseignant enseigne explicitement la stratégie d’écoute, puis les élèves procèdent à plusieurs mises en pratique au cours desquelles ils acquièrent la démarche dans le but d’être en mesure de l’utiliser de façon autonome, sans l’aide de l’enseignant. Lors de chacune des mises en pratique, des écoutes sont effectuées en trois étapes, soit une écoute globale, puis deux écoutes analytiques4. Séance 1 Intention d’écoute Afin de donner du sens aux apprentissages des élèves, il est nécessaire de leur annoncer qu’ils travailleront une stratégie d’écoute dans le but d’améliorer leur compréhension d’un message oral : la prise de notes.

Auteur : Raymond Nolin
Titre : Je parle et ils écoutent, mais comprennent-ils ?
Revue : Québec français, Numéro 164, hiver 2012, p. 73-76
URI : http://id.erudit.org/iderudit/65901ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016