Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 164, hiver 2012, p. 105-107

L’actualité du mythe

Sous la direction de Vincent C. Lambert

Comprendre des textes à l’oral et à l’écrit

Sous la direction de Christian Dumais et Réal Bergeron

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Isabelle L'Italien-Savard (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Geneviève Ouellet (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Mythes et misères de jeunes héros

Isabelle L’Italien-Savard

Professeure de littérature, Cégep Limoilou

Résumé | Extrait

Littérature jeunesse Préscolaire Belles princesses et preux chevalier Grands-mères, à vos lunettes ! Les éditions Hurtubise publient un magnifique recueil d’une quinzaine de contes classiques, connus de tous, mais livrés ici avec une fraîcheur dans l’illustration et le texte, qui nous les fait redécouvrir dans toute leur pureté. Si les princesses de « Cendrillon », « Blanche-Neige et les sept nains » ou « La Belle au bois dormant », ont été portées à l’écran par Walt Disney, qui en a quelque peu altéré la simplicité, d’autres héroïnes comme celles de « Boucle d’or », « Le petit chaperon rouge » ou « La princesse et le petit pois » restent des figures emblématiques de courage et de naïveté auxquelles les enfants demeurent attachés. D’autres contes encore, comme « La chat botté », « Hänsel et Gretel » ou « Les trois petits cochons » plaisent toujours en récompensant la force des plus faibles. Certains contes moins connus ou populaires (« Jean sans peur », « Le joueur de flûte de Hamelin », « La laitière ») charment par leur fausse nouveauté. Les illustrations de Marta Chicote sont légères et fantaisistes et renouvellent l’imaginaire des enfants et de leurs parents en se distanciant des images que proposent les dessins animés. Voilà une belle façon de retourner aux sources mêmes du conte, qui continue, au-delà des années, à offrir généreusement ses morales où les bons triomphent et les méchants sont punis, non sans en passer par une certaine dose de terreur. Toujours dans l’univers du conte, Le petit chevalier qui n’aimait pas la pluie séduit par son histoire originale et, surtout, ses illustrations craquantes, pleines de petits détails qui font durer la lecture. Ce petit chevalier, né de l’imagination de Gilles Tibo, doit protéger un royaume niché dans les arbres, où on accède par de longues échelles. Son amour des chats et des gâteaux au chocolat lui fera oublier sa peur de la pluie, jusqu’au jour où la ville aérienne est victime d’un déluge qui force les habitants à se réfugier dans leurs demeures pendant plusieurs jours, sans sortir… ni manger. Le tout petit chevalier devra alors faire preuve de bravoure et vaincre ses peurs pour sauver son village. Les dessins mignons de Geneviève Després font tout l’attrait de cet album plein d’une tendresse « un peu mouillée », que surplombe la narration de Tibo… et ses bavardages en aparté, qui commentent les illustrations. Le grand format des images, les détails rigolos et les commentaires qui les accompagnent prolongent le plaisir de la lecture et font de cet album un bijou dont les enfants raffoleront. 6-8 ans Souvenir, souvenir Il n’est pas toujours facile de se souvenir de ses rêves pour en faire de belles histoires au réveil… C’est ce que voudrait Marie-Ève, qui ne réussit jamais à attraper les images de la nuit lorsque sonne son réveille-matin. Dormir avec ses lunettes, photographier ses rêves, les prendre en notes dans un cahier ou les retenir avec un capteur de rêves n’y font rien : ses rêves restent insaisissables et les objets utilisés pour s’en emparer sont tordus et brisés au matin. Mais une nuit, un rêve particulièrement cocasse reste accroché à la mémoire de la fillette, qui peut enfin faire le récit de sa nuit lorsqu’elle s’éveille. Marie-Ève, chasseuse de rêve, de Sonia Sarfati, avec les illustrations de Lou Victor Karmas, évoque le monde mystérieux de la nuit avec une belle simplicité et beaucoup d’humour. Une leçon de partage… et d’histoire attend les lecteurs du récit Un quêteux chez grand-papa de Francine Labrie, que Marc Mongeau a illustré de façon originale. Le narrateur y raconte qu’étant jeune, un soir qu’il était hébergé chez ses grands-parents, le quêteux Robidoux, vieux et maigre, avait cogné à la porte.

Auteur : Isabelle L’Italien-Savard
Titre : Mythes et misères de jeunes héros
Revue : Québec français, Numéro 164, hiver 2012, p. 105-107
URI : http://id.erudit.org/iderudit/65911ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016