Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 165, printemps 2012, p. 65-66

Imaginer l’Apocalypse

Sous la direction de Aurélien Boivin et Vincent C. Lambert

Les productions orales et écrites

Sous la direction de Nancy Allen et Raphaël Riente

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Isabelle L'Italien-Savard (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Vincent C. Lambert (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Outils déclencheurs d’écriture de fiction

Monique Noël-Gaudreault

Professeure au Département de didactique de l’Université de Montréal

Résumé | Extrait

Outils déclencheurs d’écriture de fiction Par Monique Noël-Gaudreault* Selon Jean-Louis Dufays et Sylvie Plane, l’enseignement de l’écriture doit répondre à une double mission1 : permettre à chaque élève de « produire du générique, du reconnaissable, du régulier et, dans le même temps, stimuler la singularité de chaque auteur en puissance ». Tout enseignant confronté à ce double défi se heurte tôt ou tard au syndrome de la page blanche chez les scripteurs apprentis, qui ne savent par où commencer ou se plaignent de ne pas avoir d’idées. La créativité peut se définir comme une aptitude ou une disposition à inventer qui existe à l’état potentiel en chaque individu. De son côté, la fiction apparaît comme une feinte, une fabrication, un faire-semblant, qui témoigne de cette capacité de l’esprit humain à créer des univers qui ne sont pas ceux de la perception immédiate. La fiction nécessite la suspension de la règle de véridicité, en ce sens que ce qui est inventé n’est ni vrai ni faux, mais seulement une feinte, un faire-semblant. Si l’on admet, avec Michel Rouquette, que la créativité se développe dans la contrainte2, pourquoi ne pas proposer à nos élèves des déclencheurs, lanceurs, embrayeurs, inducteurs ou stimuli3 pour l’imaginaire ? Comme les chercheurs en écriture créative en ont généreusement fourni, cet article vise à présenter quelques-uns de ces outils, déjà testés en classe au primaire et au secondaire, et des plus populaires auprès de nos étudiants à la formation des maîtres. Pour plus de commodité, nous les avons divisés en trois catégories : 1) les objets déclencheurs, 2) les images et autres formes d’expression artistique comme déclencheurs, 3) les mots, phrases ou textes déclencheurs. Les objets déclencheurs Il peut s’agir de jouets, de bibelots, de flacons d’épices pour la cuisine (cannelle, piment, curcuma, etc.), de statuettes, de boîtes ou de coffres de toutes dimensions, de vieux vêtements, etc. Les scripteurs peuvent faire en sorte de doter...

Auteur : Monique Noël-Gaudreault
Titre : Outils déclencheurs d’écriture de fiction
Revue : Québec français, Numéro 165, printemps 2012, p. 65-66
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66465ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014