Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 161, printemps 2011, p. 20

Littérature et peinture

Sous la direction de Steve Laflamme

Le texte documentaire

Sous la direction de Réal Bergeron et Martine Brunet

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Chantale Gingras (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Steve Laflamme (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Du mou dans la sacristie

Gilles Perron

Cégep Limoilou

Résumé | Extrait

HUMEUR Du mou dans la sacristie PAR GILLES PERRON* Le 9 février 2011, le Tribunal des droits de la personne a donné raison à Alain Simoneau, ce citoyen de Saguenay qui poursuivait sa ville pour cause d'allergie à la prière. La ville de Saguenay et son maire, le bienheureux Jean Tremblay, devront cesser la récitation de la prière avant de commencer leurs travaux, retirer le crucifix et la statue du Sacré-Cœur et payer à monsieur Simoneau 30 000$ en dommages punitifs et moraux pour avoir « porté atteinte de façon discriminatoire [...] à sa liberté de conscience et de religion ». Ce verdict de la juge Michèle Pauzé me surprend, mais surtout me remplit d'espoir. Quelques jours après avoir pris connaissance du jugement, j'étais au Centre Bell et, comme à chaque fois, je me suis levé respectueusement pour écouter Charles Prévost Linton chanter l'Ô Canada. Si j'avais eu un chapeau, je l'aurais même enlevé. Or, alors qu'au son du ténor se confondait dans mon esprit le bras qui sait porter l'épée avec les bras meurtris qui tendent le flambeau, j'ai réalisé que j'étais moi aussi victime de discrimination. Regardant P.K. Subban la main sur le cœur, et me récitant in petto l'article 10 de la Charte des droits et libertés de la personne, je me suis rendu compte que, dans la liste des motifs de non-discrimination, les convictions politiques viennent tout de suite après la religion. Moi qui ai voté OUI en 1995, et qui crois toujours pertinente l'indépendance du Québec, on m'imposerait l'hymne national d'un pays auquel je ne crois pas ? La première période était à peine terminée que je textais ma plainte à la Commission des droits de la personne, et réclamais pas moins qu'un abonnement de saison à titre de dommages moraux et exemplaires. Et je ne m'arrêterai pas en si bon chemin : j'ai demandé, en vertu de la Loi d'accès à l'information, les adresses de tous les indépendantistes présents ce soir-là, afin de les convaincre d'intenter un recours collectif ! Mais revenons à Saguenay...

Auteur : Gilles Perron
Titre : Du mou dans la sacristie
Revue : Québec français, Numéro 161, printemps 2011, p. 20
URI : http://id.erudit.org/iderudit/63968ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2009

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014