Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 161, printemps 2011, p. 21

Littérature et peinture

Sous la direction de Steve Laflamme

Le texte documentaire

Sous la direction de Réal Bergeron et Martine Brunet

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Chantale Gingras (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Steve Laflamme (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

 

Quand la littérature montre ses couleurs…

Geneviève Ouellet

Résumé | Extrait

Depuis Horace, la peinture et la littérature sont perçues comme des disciplines sœurs. Voilà pourquoi il nous a semblé naturel d'y consacrer un dossier, car les correspondances entre les deux sont nombreuses et le dialogue, riche. Pour amorcer le dossier, Roland Bourneuf, professeur de littérature à la retraite (Université Laval) et écrivain, traite du passage de l'image à l'écrit, du rapprochement que l'on peut faire entre une œuvre littéraire et un tableau dont elle est issue. Porter attention à ce qu'un écrivain a retenu d'une œuvre force nécessairement le lecteur à « élargir [sa] vision ». Par la suite, Mathilde Labbé se penche sur deux artistes, Georges Rouault et Henri Matisse, qui ont créé des œuvres pour accompagner Les fleurs du mal, de Charles Baudelaire. Pour la doctorante allocataire à la recherche à l'Université Paris IV-Sorbonne, on se retrouve alors au-delà de la simple illustration pour avoir plutôt affaire à des juxtapositions, des correspondances qui permettent peut-être, qui sait, d'accéder à un sens caché. Quant à elle, Isabelle L'Italien-Savard, profes-seure de littérature au Cégep Limoilou, propose de se servir de la peinture pour faciliter l'enseignement de trois grands courants littéraires du XIXe siècle français (le romantisme, le réalisme et le symbolisme). Pour mieux en saisir les caractéristiques formelles, quoi de mieux que de passer par la peinture (« écho visuel de la littérature ») ? Ivanne Rialland, PRAG IUT de Marne-la-Vallée et membre de l'équipe de recherche « Littératures françaises du XXe siècle » à l'Université Paris IV-Sorbonne, nous offre une bibliographie commentée portant sur les différentes relations qu'entretiennent la littérature et la peinture. Selon elle, peintres et poètes partagent beaucoup mais, bien qu'ils soient en quelque sorte parents, l'un n'est pas l'interprète de l'autre. Son texte donne accès à une véritable caverne d'Ali Baba pour qui s'intéresse à ces relations. Pour sa part, Martin Bureau, artiste...

Auteur : Geneviève Ouellet
Titre : Quand la littérature montre ses couleurs…
Revue : Québec français, Numéro 161, printemps 2011, p. 21
URI : http://id.erudit.org/iderudit/63969ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2009

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014