Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 161, printemps 2011, p. 45-47

Littérature et peinture

Sous la direction de Steve Laflamme

Le texte documentaire

Sous la direction de Réal Bergeron et Martine Brunet

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Chantale Gingras (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Steve Laflamme (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

 

Un amateur d’art

Nouvelle inédite de

Hans-Jürgen Greif

Professeur de littérature émérite, Université Laval

Écrivain

Résumé | Extrait

Un amateur d'art NOUVELLE INÉDITE DE HANS-JÛRGEN GREIF* Ernst Ludwig Kirchner, Un groupe d'artistes,1926-1927, Muséum Ludwig, Cologne. Gottlieb Schâfer, ancien propriétaire de la plus importante galerie d'art de Cologne, la « GS », mourut le 12 octobre 2008. Le même jour, deux grandes banques privées s'étaient effondrées à la suite de la crise économique mondiale. Considérant la perte de plusieurs milliards d'euros que venaient de subir petits épargnants et grands investisseurs, la nouvelle de la mort d'un galeriste aux allures de grand philanthrope ne pesait pas lourd. On comprend que les médias aient relégué au second plan la disparition de cet homme : quand l'argent est en jeu, on se moque d'œuvres d'art. Cependant, trois jours plus tard, ce même Schâfer faisait la une des journaux, malgré les nouvelles apocalyptiques au sujet des événements sur les marchés boursiers. Cette fois, il fut unanimement condamné par les médias. On titrait : « L'héritage de la GS : le monde de l'art en deuil », « Schâfer, l'effet d'une bombe atomique », « La folie d'un amateur d'art ». Calomnies ou vérité ? Avant de mettre aux fers un accusé, fût-il mort, ne faut-il pas prendre en considération les circonstances l'ayant amené à poser des gestes que d'aucuns qualifiaient, sans trop réfléchir, d'« actes criminels envers l'héritage culturel mondial » ? Schâfer était né à Dresde. Entre 1937 et 1943, il y avait obtenu une excellente formation classique à l'Académie des Beaux-arts : histoire de l'art, anatomie, dessin, composition, étude des pigments, analyse de chefs-d'œuvre. À cette époque, il rencontra Hans Hartung, son aîné de plusieurs années, qui avait fréquenté la même institution. Malgré leur conception de l'art si divergente, ils se lièrent d'une amitié inébranlable. Rappelons que, deux décennies plus tard, Hartung sera connu comme l'une des figures de proue du mouvement de « l'abstraction lyrique », qui allait donner le ton dans les années i960. Déjà, à Dresde, Hartung se rebella...

Auteur : Hans-Jürgen Greif
Titre : Un amateur d’art
Revue : Québec français, Numéro 161, printemps 2011, p. 45-47
URI : http://id.erudit.org/iderudit/63975ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2009

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014