Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 161, printemps 2011, p. 92-95

Littérature et peinture

Sous la direction de Steve Laflamme

Le texte documentaire

Sous la direction de Réal Bergeron et Martine Brunet

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Chantale Gingras (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Steve Laflamme (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Les passeurs de mémoire

Denys Lelièvre

Journaliste culturel et animateur de l’émission Syracuse-Jazz, chansons et rythmes du monde et de l’émission Univers francophone, consacrée à la chanson francophone et à des entrevues en théâtre et en littérature, à CKRL, radio communautaire de Québec

Résumé | Extrait

92 Québec français 161 | PRINTEMPS 2011 Les passeurs de mémoire PAR DENYS LELIÈVRE* Depuis le début de l’an 2000, la chanson québécoise connaît une belle effervescence et prend des formes de plus en plus éclatées. Le succès d’artistes aussi différents que Les Cowboys Fringants, Pierre Lapointe, Loco Locass et Martha Wainwright illustre une diversité à la fois culturelle, linguistique et musicale. Depuis quelques années, des groupes tels que Arcade Fire, Karkwa et Malajube offrent au public une chanson rock de calibre international. Et de nouveaux auteurscompositeurs- interprètes ne cessent de s’imposer. Il peut cependant être intéressant de parler d’oeuvres qui, pour différentes raisons, s’éloignent de la convergence et jouissent d’une visibilité relative. Certains artistes renouvellent le rapport que la chanson d’ici peut entretenir avec la France ou l’Amérique ou établissent un lien énergique entre tradition et modernité. D’autres explorent plus que jamais les rapports entre l’oralité et l’écriture par l’adaptation à la scène de romans ou de textes de théâtre ou par l’addition d’un support sonore à la publication de poèmes ou de contes. C H A N S O N Gabriel, comme elle se l’était promis, contre le gré de son père, laissant deviner sa révolte et son envie de vivre comme elle l’entend. La haine. Les villageois vouent une haine marquée à Thomas et, par lui, aux Anglais venus depuis leur île après la Conquête, les exploiter, voire les déposséder. Cette haine est encore plus forte aux yeux du lecteur après avoir pris connaissance de la confession finale de Catherine, qui doit payer pour la conduite des gens de sa race, de son père en particulier, devenant ainsi leur bouc émissaire. C’est aussi la haine des Anglais exploiteurs qui pousse Gabriel à accepter d’aider les corsaires américains. Il venge ainsi la mort de son père. La portée du roman Avec ce premier roman, Rachel Leclerc a voulu, en s’inspirant de l’Histoire de son coin de pays, attirer l’attention sur les...

Auteur : Denys Lelièvre
Titre : Les passeurs de mémoire
Revue : Québec français, Numéro 161, printemps 2011, p. 92-95
URI : http://id.erudit.org/iderudit/63992ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2009

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014