Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 163, automne 2011, p. 48-49

Réjean Ducharme

Sous la direction de Élisabeth Nardout-Lafarge

Le français langue seconde au Québec

Sous la direction de Simon Collin et Nancy Allen

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Chantale Gingras (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Steve Laflamme (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

 

Le français langue seconde au Québec : un aperçu de sa diversité

Simon Collin

Professeur au Département de didactique des langues à l’UQAM

Nancy Allen

Candidate à la maîtrise en didactique des langues à l’UQAM

Résumé | Extrait

Le français langue seconde au Québec : un aperçu de sa diversité Par Simon Collin et Nancy Allen* L’enseignement du français langue seconde (FLS) au Québec est un domaine d’enseignement-apprentissage qui connaît de multiples facettes. Tirant profit de l’évolution de l’enseignement-apprentissage des langues secondes et étrangères tout en misant sur son contexte spécifique, le FLS au Québec a su se définir et se renouveler dans sa singularité en participant toutefois à la réflexion internationale sur ce sujet. Il s’adresse à une pluralité de publics au moyen d’une pluralité de formules. Ainsi, parallèlement aux programmes de base en FLS, les programmes d’immersion (au primaire) et les programmes enrichis (au secondaire) ont connu un vif succès au Québec puis dans le reste du Canada dès le milieu des années 1960. En termes de public, aux élèves québécois anglophones des différents ordres se sont ajoutés les enfants et les adultes nouvellement immigrés, qui sont pris en charge dans le cadre des classes d’accueil et d’intégration et des classes de francisation. Ces dernières sont présentement en train d’être développées en ligne dans le but de dispenser les cours de francisation aux immigrants adultes avant même leur venue au Québec, permettant ainsi de faciliter leur intégration linguistique et sociale, une fois arrivés. La formation des enseignants de FLS n’est pas en reste. De plus en plus ciblée sur les besoins des futurs enseignants et des enseignants déjà en poste, elle multiplie actuellement ses programmes (création de nouvelles maîtrises, notamment) et ses modalités (cours en ligne, par exemple) afin d’y répondre adéquatement et de soutenir le développement professionnel et la formation continue du corps enseignant de FLS. Ce bref portrait du FLS au Québec nous invite donc à penser qu’il s’agit d’un domaine d’enseignement-apprentissage riche et varié. Son avenir semble d’ailleurs assuré, si l’on en croit les flux migratoires internationaux de plus en plus...

Auteurs : Simon Collin et Nancy Allen
Titre : Le français langue seconde au Québec : un aperçu de sa diversité
Revue : Québec français, Numéro 163, automne 2011, p. 48-49
URI : http://id.erudit.org/iderudit/65415ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2011

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014