Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Québec français

Numéro 163, automne 2011, p. 50-51

Réjean Ducharme

Sous la direction de Élisabeth Nardout-Lafarge

Le français langue seconde au Québec

Sous la direction de Simon Collin et Nancy Allen

Direction : Aurélien Boivin (directeur)

Rédaction : Chantale Gingras (rédactrice en chef, littérature, langue et société), Steve Laflamme (rédacteur en chef, littérature, langue et société), Réal Bergeron (rédacteur en chef, didactique) et Monique Noël-Gaudreault (rédactrice en chef, didactique)

Éditeur : Les Publications Québec français

ISSN : 0316-2052 (imprimé)  1923-5119 (numérique)

qf1076656
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Un cadre de référence pour le Canada

Morgan Le Thiec Rautureau

Chargée de projet à l’Université de Montréal

Consultante

Résumé | Extrait

Un cadre de référence pour le Canada par Morgan Le Thiec Rautureau* Publié en 2001 par le Conseil de l’Europe, le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) se présente comme un ensemble de lignes directrices pour tous les projets d’élaboration de programmes, d’examens ou encore de manuels, dans le domaine des langues vivantes. Il offre, entre autres, une description du développement de la compétence à communiquer sans faire référence à une langue ou à un public en particulier. Sa capacité à s’adapter à différents contextes ainsi que sa notoriété internationale font de lui un cadre de référence particulièrement intéressant pour le Canada. Les origines du CECRL Du point de vue politique, le CECRL répond aux objectifs du Conseil de l’Europe visant à développer la communication et les échanges, sur les plans culturel, scientifique et économique, entre les membres de la communauté européenne. Il s’agit, grâce à cet outil, de répondre à la mobilité internationale grandissante : mobilité des étudiants, mobilité des travailleurs… Il s’agit également de permettre une meilleure compréhension entre les cultures et de favoriser un sentiment d’appartenance à la communauté européenne. Du point de vue des systèmes d’éducation, le CECRL, au même titre que tous les cadres de référence, vise à établir la transparence et la comparabilité dans l’observation du développement des compétences et à fournir une base commune pour la planification de l’enseignement-apprentissage et de l’évaluation. Enfin, du point de vue de l’enseignement-apprentissage des langues, un outil comme le CECRL permet d’établir un langage commun pour les différents acteurs du domaine. Il les aide à s’entendre : • sur une définition de la compétence à communiquer ; • sur une description du développement de la compétence à communiquer ; • sur la planification de l’enseignement-apprentissage des langues ; • sur les objectifs à atteindre ainsi que sur les contenus des tests et des...

Auteur : Morgan Le Thiec Rautureau
Titre : Un cadre de référence pour le Canada
Revue : Québec français, Numéro 163, automne 2011, p. 50-51
URI : http://id.erudit.org/iderudit/65416ac

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 2011

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014