Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Relations

Numéro 755, mars 2012, p. 23

Souffrances

Direction : Élisabeth Garant (directrice)

Rédaction : Jean-Claude Ravet (rédacteur en chef), Catherine Caron (rédactrice en chef adjointe) et Amélie Descheneau-Guay (secrétaire de rédaction)

Éditeur : Centre justice et foi

ISSN : 0034-3781 (imprimé)  1929-3097 (numérique)

rel049
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Répondre

Sylvie Germain

Résumé | Extrait

Répondre Sylvie Germain L’humanité n’est pas coupable en son entier des abominations commises en son sein. Sinon, les victimes aussi seraient coupables, puisque appartenant à la même « obscène » et irrémissible engeance. Et que deviennent, dans une telle perspective totalisante, ceux qui ont su dire non, refuser toute compromission, ceux qui ont résisté, combattu le fléau au prix souvent de leur propre vie? Ces insurgés contre la barbarie des grands prédateurs ont agi au nom de valeurs non négociables, et non volatiles : le sens de la liberté, de la fraternité, de la dignité humaine. Il se peut que les féroces soient plus nombreux, à chaque époque, que les lâches, qui s’en font plus ou moins passivement les complices, soient légions, et que les fraternels et les secourables soient toujours minoritaires, voire rares. Il n’empêche, ces derniers existent, et aussi réduit soit leur nombre, il a un poids considérable, une force d’énergie, de réparation et de régénération qui est vitale. On ne peut pas oublier, on ne doit pas sous-estimer ce reste – composé de Justes, de personnes qui entendent « la voix du sang de leurs frères crier du sol », du sol de la commune terre, et qui y répondent en se faisant « gardiens de leurs frères », et ainsi « sauve-gardiens » de la fraternité et de l’humanité. L’enjeu est donc moins celui de la culpabilité que celui de la responsabilité – qui, elle, concerne en effet l’humanité en son entier : se tourner vers l’autre qui crie, qui supplie, et se présenter à son appel, répercuter son cri; se faire son garant, son témoin, comme le fut Jan Karski, parmi d’autres, manifester son refus radical de collaborer à toute entreprise de destruction, s’y opposer, riposter et ensuite veiller sur la mémoire des faits, à préserver vérace et vivace; assumer sa part, sa charge de fraternité dans la cohue polyphonique qu’est l’humanité. « Épouser » l’humanité, pour le meilleur et pour le pire. Extrait de Sylvie Germain, Rendez-vous nomades, Paris,...

Auteur : Sylvie Germain
Titre : Répondre
Revue : Relations, Numéro 755, mars 2012, p. 23
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67018ac

Tous droits réservés © Relations, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014