Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Relations

Numéro 755, mars 2012, p. 8

Souffrances

Direction : Élisabeth Garant (directrice)

Rédaction : Jean-Claude Ravet (rédacteur en chef), Catherine Caron (rédactrice en chef adjointe) et Amélie Descheneau-Guay (secrétaire de rédaction)

Éditeur : Centre justice et foi

ISSN : 0034-3781 (imprimé)  1929-3097 (numérique)

rel049
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Talisman chez les Achuar

Roberto Nieto

Résumé | Extrait

Talisman chez les Achuar Roberto Nieto Selon des pères salésiens qui vivent dans l’Amazonie péruvienne depuis une quarantaine d’années, l’heure est grave pour les 11 000 Achuar qui vivent dans la région, en pleine forêt vierge, à la frontière de l’Équateur. La compagnie pétrolière canadienne Talisman Energy serait entièrement responsable d’une agression contre leurs communautés, parmi les plus fragiles et isolées de la planète. 2000. Ils savent qu’au-delà de la valeur mercantile de leur territoire, il y a la valeur inestimable de l’environnement naturel qui les entoure. Des espèces rares et uniques s’y retrouvent. Au cours des dernières années, grâce à des moyens rudimentaires, les Achuar ont cartographié la diversité impressionnante de la flore et de la faune. Mais le pouvoir et l’argent de Talisman sont des corrupteurs puissants et ses stratagèmes pour accaparer les terres sont sans relâche. Son approche a créé des divisions au sein de la Fédération nationale achuar du Pérou (FENAP). Deux nouvelles organisations favorables au développement proposé par la compagnie ont été mises sur pied : FASAM et Nuevo OSHAM. Elles représentent des communautés situées en bordure de la zone centrale des terres des Achuar, sur la rivière Morona. Il s’agit donc d’une porte d’entrée pour Talisman. Selon Amazon Watch, certains membres des communautés auraient pris les armes contre leurs frères pour défendre les intérêts de la compagnie, et des échauffourées seraient devenues plus fréquentes. Le risque de dégradation de la situation est réel. En décembre dernier, un leader de la FENAP, Peas Peas Ayui, est venu sensibiliser la population canadienne à leur cause, grâce à Amazon Watch. Il a partagé l’inquiétude de son peuple et son désir d’un développement autonome, respectueux des traditions et de l’environnement, essentiel au mode de vie des Achuar. Il a expliqué que des 42 communautés achuar, huit (douze selon Talisman) ont décidé d’accepter des bénéfices financiers à court terme...

Auteur : Roberto Nieto
Titre : Talisman chez les Achuar
Revue : Relations, Numéro 755, mars 2012, p. 8
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67182ac

Tous droits réservés © Relations, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014