Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Relations

Numéro 754, janvier-février 2012, p. 15-16

L’Amérique latine : boussole pour les temps présents

Direction : Élisabeth Garant (directrice)

Rédaction : Jean-Claude Ravet (rédacteur en chef), Catherine Caron (rédactrice en chef adjointe) et Amélie Descheneau-Guay (secrétaire de rédaction)

Éditeur : Centre justice et foi

ISSN : 0034-3781 (imprimé)  1929-3097 (numérique)

rel049
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Des initiatives économiques émancipatrices

Dorval Brunelle

Résumé | Extrait

Des initiatives économiques émancipatrices Après de multiples crises et grâce à des projets novateurs, l’Amérique latine semble aujourd’hui mieux placée que d’autres régions du monde pour affronter la difficile conjoncture actuelle. Dorval Brunelle Dans un document publié le 30 août 2011, la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) annonçait que, pour la deuxième année d’affilée, la valeur des exportations de biens croîtrait de 27 % et celle des importations de 23 %, ce qui laisserait un surplus commercial de l’ordre de 80 milliards de dollars US pour l’ensemble des pays de la région. Ces données viendraient confirmer l’hypothèse selon laquelle nous assisterions à un véritable « mouvement tectonique » à l’échelle globale, en ce qui concerne l’axe de la croissance économique qui se déplacerait du côté des échanges Sud-Sud, pendant que les pays du Nord s’enfonceraient dans la stagnation, voire la récession. Cela dit, ni les pays d’Amérique latine, ni les puissances émergentes d’Asie, comme la Chine et l’Inde, ne sont immunisés contre les effets délétères du ralentissement économique en Occident et au Japon. Il n’en reste pas moins que, sinon l’Amérique latine dans son ensemble, à tout le moins l’Amérique du Sud, est sans doute une des régions les mieux placées pour affronter la difficile conjoncture actuelle. Et elle le fait, du reste, en ayant recours à des initiatives émancipatrices passablement originales. Les raisons de cette résilience et de cette originalité sont nombreuses. Faute de pouvoir les approfondir toutes, nous voudrions soumettre à la réflexion l’idée qu’elles pourraient être imputables à des innovations économiques qui agissent comme des facilitateurs de croissance et de répartition de la richesse, ou comme des amortisseurs devant des menaces de ralentissement. Ces innovations résultent pour beaucoup de l’accession au pouvoir de gouvernements de gauche ou sociaux-démocrates qui ont su prendre leurs distances vis-à-vis...

Auteur : Dorval Brunelle
Titre : Des initiatives économiques émancipatrices
Revue : Relations, Numéro 754, janvier-février 2012, p. 15-16
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67071ac

Tous droits réservés © Relations, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014