Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Relations

Numéro 754, janvier-février 2012, p. 17

L’Amérique latine : boussole pour les temps présents

Direction : Élisabeth Garant (directrice)

Rédaction : Jean-Claude Ravet (rédacteur en chef), Catherine Caron (rédactrice en chef adjointe) et Amélie Descheneau-Guay (secrétaire de rédaction)

Éditeur : Centre justice et foi

ISSN : 0034-3781 (imprimé)  1929-3097 (numérique)

rel049
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Audits de la dette : un exemple à suivre

Maria Lucia Fattorelli

Résumé | Extrait

Audits de la dette : un exemple à suivre Maria Lucia Fattorelli Crise de la dette, dictature des marchés, mainmise des institutions financières internationales : ce qui se déploie actuellement en Europe, l’Amérique latine ne l’a connu que trop bien. L’une des voies de sortie qu’elle a montrée et qui inspire plusieurs pays est l’audit public et citoyen des dettes publiques. De quoi s’agit-il? Dans tous les secteurs économiques – gouvernements, compagnies privées, ONG –, l’audit est un outil de base pour expliquer la situation financière de n’importe quelle entité. Toutefois, le mécanisme d’audit de la dette publique est souvent d’une opacité inacceptable compte tenu de l’importance de celle-ci et de son influence sur l’économie. L’objectif d’un audit public et citoyen des dettes publiques est donc la transparence pour forcer un vrai débat démocratique. Le but est d’accéder aux documents qui prouvent la nature et l’origine des dettes, démontrent la légalité et la légitimité de chaque opération et nomment les responsables ainsi que ceux qui ont vraiment reçu les fonds. Ensuite, à partir de cette analyse, il devient possible – avec de la volonté politique – de décider du traitement approprié pour chacune de ces dettes et de voir s’il y a lieu ou non de les rembourser. Au Brésil, en 2000, 62 % du budget était consacré au paiement de la dette (comparativement à 48 % aujourd’hui), alors que les sommes allouées à la santé ou à l’éducation étaient et restent encore trop minimes. Dans ce contexte, 96 % des six millions de votants ont dit non au paiement de la dette sans audit, dans le cadre d’un référendum organisé par la société civile dans 3444 villes. Notre campagne pour un audit citoyen de la dette en découle et a débuté en 2001. Depuis, nous avons participé à la Commission d’enquête sur la dette au Parlement brésilien, en 2009. Nos analyses ont prouvé que pendant les années 1970, sous la dictature, une dette extérieure privée déjà énorme a augmenté lorsque les taux...

Auteur : Maria Lucia Fattorelli
Titre : Audits de la dette : un exemple à suivre
Revue : Relations, Numéro 754, janvier-février 2012, p. 17
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67072ac

Tous droits réservés © Relations, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014