Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Relations

Numéro 759, septembre 2012, p. 10

Une Église appauvrie : une chance?

Direction : Élisabeth Garant (directrice)

Rédaction : Jean-Claude Ravet (rédacteur en chef), Catherine Caron (rédactrice en chef adjointe) et Emiliano Arpin-Simonetti (secrétaire de rédaction)

Éditeur : Centre justice et foi

ISSN : 0034-3781 (imprimé)  1929-3097 (numérique)

rel049
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

La libellule anarchiste

José Acquelin

Résumé | Extrait

« Qu’est-ce qu’une âme? C’est une sensibilité qui tire son existence de ce qu’elle n’est pas. » Jean Bédard, Marguerite Porète. L’inspiration de Maître Eckhart, VLB éditeur, 2012 Comment la poésie me fait vivre? Pas avec l’argent, c’est sûr, mais par le bonheur de quelques instants gratuits. Car je m’identifie si rarement aux institutions culturelles – entendez celles qui doivent être rentables – que je vais toujours voir ailleurs si je ne pourrais pas m’y retrouver. Certains me feront remarquer que je n’échappe pas au besoin commun de narcissisme en cherchant à débusquer le moindre signe qui flattera mon insignifiance. D’autres préciseront que je suis un incurable romantique, allergique à tout ce qui a un lien trop direct avec l’argent. Mais non, je ne trouve pas l’argent sale, juste sans réelle importance en regard de ce que je sens que j’ai à vivre. Et puis je connais bien les dénigreurs : ils sont d’abord envieux de ce qui leur échappe parce qu’au fond, ils ne peuvent s’échapper de leur insécurité. Je leur souhaite juste de relâcher un peu les rênes, la muselière ou le joug. L’habitude juge promptement; le risque tente, quant à lui, une sortie hors des ornières, quitte à errer ou se fourvoyer. Mais qui se perd vraiment? Je veux dire : qui peut totalement se tromper à se laisser découvrir par l’autrement, à s’abandonner de temps en temps au dépouillement du temps et à l’épouillage de soi? J’en apprends plus de ce que je ne connais pas que de ce que je crois ou crois savoir. La richesse de la durée qui nous est impartie nous conduit à la conscience de notre perte du temps. Comme pauvreté, je connais pire; entre autres celle qui n’a pas les moyens intérieurs d’en tirer non un profit personnel, mais une chance d’ouverture, l’occasion d’un sentier alternatif. Qui n’est pas jaloux de ce qu’il aimerait être si ce n’est celui qui fut ce qu’il n’aurait jamais imaginé pouvoir être? Être ne s’accomplit pas seulement dans la réalisation de ce qu’on voudrait devenir...

Auteur : José Acquelin
Titre : La libellule anarchiste
Revue : Relations, Numéro 759, septembre 2012, p. 10
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67326ac

Tous droits réservés © Relations, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014