Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Relations

Numéro 759, septembre 2012, p. 17-20

Une Église appauvrie : une chance?

Direction : Élisabeth Garant (directrice)

Rédaction : Jean-Claude Ravet (rédacteur en chef), Catherine Caron (rédactrice en chef adjointe) et Emiliano Arpin-Simonetti (secrétaire de rédaction)

Éditeur : Centre justice et foi

ISSN : 0034-3781 (imprimé)  1929-3097 (numérique)

rel049
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Jeunes croyants entre inquiétude et espéranceTable ronde avec Catherine Foisy, Patrice Perreault et Marco Veilleux

Propos recueillis par

Amélie Descheneau-Guay

Résumé | Extrait

Jeunes croyants entre inquiétude et espérance Table ronde De jeunes croyants membres du groupe Foi et engagement du Centre justice et foi nous partagent les défis actuels à relever pour l’Église, dans un contexte de rupture dans la transmission de l’héritage chrétien. Avec : Catherine Foisy, doctorante en sociologie à l’Université Concordia; Patrice Perreault, agent de pastorale à Granby; Marco Veilleux, délégué à l’apostolat social pour la Province jésuite du Canada français et membre du comité organisateur des Journées sociales du Québec. Relations : Comment vivez-vous l’appauvrissement de l’Église québécoise? Quelles sont les difficultés auxquelles vous faites face en tant que jeunes croyants? Patrice Perreault : Une des difficultés est le clivage marqué entre les groupes de jeunes croyants. Les groupes comme Myriam Bethléem et Marie Jeunesse sont très actifs et dans certains cas financés par l’Église, sous prétexte qu’ils attirent les jeunes. Or, les discussions sont parfois difficiles avec eux, car leur modèle d’Église est souvent en opposition à la société. L’important y est d’affirmer sa foi contre un monde perçu comme étant à la dérive. Les jeunes qui en font partie ont une appartenance ecclésiale forte, mais sans démarche critique. Catherine Foisy : J’ai moi-même participé récemment à une réunion de Mission Jeunesse pour organiser l’événement Montée Jeunesse dans l’archidiocèse de Montréal. Elle rassemblait notamment des représentants de groupes comme Myriam Bethléem ou la branche féminine des Légionnaires du Christ. Cette année, l’événement souhaitait intégrer une procession eucharistique dans un esprit d’affirmation identitaire très fort. Nous avons fait une contre-proposition en faveur d’un pèlerinage urbain qui présentait des lieux significatifs sur le plan de la justice sociale. Elle a été refusée. Ce que l’on propose à ces jeunes, c’est une relation personnelle avec le Christ et des formes de piété empruntées à nos grands-mères, qui datent...

Auteur : Amélie Descheneau-Guay
Titre : Jeunes croyants entre inquiétude et espérance : table ronde avec Catherine Foisy, Patrice Perreault et Marco Veilleux
Revue : Relations, Numéro 759, septembre 2012, p. 17-20
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67330ac

Tous droits réservés © Relations, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014