Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Relations

Numéro 759, septembre 2012, p. 24-25

Une Église appauvrie : une chance?

Direction : Élisabeth Garant (directrice)

Rédaction : Jean-Claude Ravet (rédacteur en chef), Catherine Caron (rédactrice en chef adjointe) et Emiliano Arpin-Simonetti (secrétaire de rédaction)

Éditeur : Centre justice et foi

ISSN : 0034-3781 (imprimé)  1929-3097 (numérique)

rel049
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Les laïques : l’appel au changement

Jacques Racine

Résumé | Extrait

Les laïques : l’appel au changement Un nouveau modèle d’Église où la place des laïques est centrale s’impose comme un retour aux sources. Jacques Racine Au Québec, au cours des dernières décennies, plusieurs personnes ont remis en question le dualisme « clercs-laïques » comme modèle d’organisation de l’Église, tout autant que celui « homme-femme » pour traiter de la répartition des ministères, du pouvoir et de l’autorité. Pourtant, on est encore aux prises aujourd’hui avec le même clivage clercs-laïques, la même concentration des pouvoirs liée à leur sacralisation et la même discrimination des femmes quant à l’accès aux ministères. L’appauvrissement de l’Église et les besoins des communautés de croyantes et de croyants n’appellent-ils pas à un nouveau modèle d’Église qui serait fondé sur une reconnaissance de celle-ci comme peuple de Dieu (et non simplement comme institution hiérarchique); sur une valorisation du baptême; sur un rapport bienveillant au monde dont l’Église est partie prenante et sur une reconnaissance des ministères laïques comme services indispensables à la vie des communautés? L’engagement laïque Selon le dictionnaire, le terme laïcat renvoie à l’ensemble des chrétiens non ecclésiastiques. Or, cette définition procède par la négative. La théologie et le concile Vatican II rappellent plutôt que les laïques sont, par leur baptême – rite d’entrée dans l’Église – et en tant que disciples de Jésus-Christ, membres à part entière de l’Église-peuple de Dieu. Il leur incombe la responsabilité de rendre l’Évangile accessible à tous. Les laïques en tant que tels sont responsables de participer à la transformation de la société et des différents systèmes politiques, économiques, financiers et sociaux afin que s’y révèle l’esprit des Béatitudes, que s’y construisent la justice, la liberté, la solidarité et la vérité qui sont au fondement de la paix. Ils sont solidaires de ce monde auquel ils appartiennent. Ils en partagent les recherches, les faux pas,...

Auteur : Jacques Racine
Titre : Les laïques : l’appel au changement
Revue : Relations, Numéro 759, septembre 2012, p. 24-25
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67334ac

Tous droits réservés © Relations, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014